MAUREL VICTOR (1848-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le baryton français Victor Maurel fut un des plus grands chanteurs d'opéra de son temps, admiré pour sa technique remarquable – notamment sa maîtrise du souffle –, sa musicalité et ses talents dramatiques.

Victor Maurel, né le 17 juin 1848 à Marseille, commence à étudier le chant dans sa ville natale, puis avec Eugène Vauthrot et Victor-Alphonse Duvernoy au Conservatoire de Paris, où il remporte un premier prix en 1867. Cette même année, il débute sur scène à Marseille, dans le rôle-titre de Guillaume Tell de Rossini. L'année suivante, il fait ses débuts à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier), interprétant le Comte de Luna (Le Trouvère de Verdi) ; il y reprend peu après les rôles du Comte de Nevers dans Les Huguenots et de Nélusko dans L'Africaine de Meyerbeer, ainsi que celui d'Alphonse XI dans La Favorite de Donizetti. L'accueil mitigé du public français et des imprésarios ainsi que le fait qu'il est éclipsé par son rival Jean-Baptiste Faure l'incitent à partir pour l'étranger ; il triomphe à Saint-Pétersbourg, au Caire et à La Fenice de Venise. Il se produit ensuite à la Scala de Milan, où il participe à la création de deux ouvrages de Carlos Gomes, Il Guarany (rôle de Cacico, 19 mars 1870) et Fosca (Cambro, 16 février 1873), et à la première milanaise, en italien, de Lohengrin de Wagner (1871, rôle de Friedrich von Telramund). Il interprète Amonasro lors de la première production américaine d'Aïda de Verdi (26 novembre 1873, Academy of Music, New York). Au Covent Garden de Londres, il participe aux premières représentations en Angleterre de deux œuvres de Wagner : Lohengrin (Telramund, au côté de l'Elsa d'Emma Albani, en 1875) et Tannhäuser (Wolfram von Eschenbach, avec Albani dans le rôle d'Elisabeth, 1876). La prestigieuse scène londonienne le retient sept saisons de suite ; il y chante Hoël d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification

Pour citer l’article

« MAUREL VICTOR - (1848-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-maurel/