VESTIGES DU JOUR, film de James Ivory

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après le grand succès, en 1991, de Retour à Howards End (Howards End, 1992), dont les stars étaient déjà Anthony Hopkins – révélé au très grand public par son incarnation du serial killer Hannibal Lecter dans le film de Jonathan Demme Le Silence des agneaux (The Silence of the Lambs, 1991) – et Emma Thompson, connue par les adaptations shakespeariennes de son mari Kenneth Branagh, James Ivory put réaliser l'adaptation, qui lui tenait à cœur, d'un roman anglais signé d'un écrivain d'origine japonaise, Kazuo Ishiguro. Pour le scénario, la musique, la photographie et la production, il reprit son équipe habituelle, très « internationale », de même que le film traite de thèmes qui parcourent toute son œuvre : la responsabilité individuelle, le poids des croyances et des déterminations sociales et culturelles et les rapports entre la petite histoire et la grande. Dédaigné par beaucoup de cinéphiles (qui ne reconnaissent pas en Ivory un « auteur »), Vestiges du jour (Remains of the Day) est une des plus grandes réussites de cet inclassable réalisateur américain – souvent pris pour un Britannique – par la délicatesse des sentiments et l'acuité de l'analyse.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Pour citer l’article

Michel CHION, « VESTIGES DU JOUR, film de James Ivory », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vestiges-du-jour/