VESTA, religion romaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déesse du feu et du foyer, Vesta est d'origine indo-européenne (ainsi que le prouve la comparaison de cette divinité avec l'Hestia des Grecs et l'Agni de l'Inde) ; le fait qu'elle soit invoquée à la fin de toute prière adressée à une quelconque divinité (Janus étant invoqué au début) est aussi la marque d'un rite indo-européen. Elle est le feu bienveillant et vivant et sa permanence est symbole de force et de stabilité. Elle est honorée dans le culte privé, par l'intermédiaire du foyer familial qui ne doit jamais s'éteindre, et publiquement, dans les anciennes villes du Latium et à Rome (la cité étant considérée comme la demeure de tous les Romains), où son temple, Aedes Vestae, sur le Forum, est le centre vital de la ville. La forme ronde de celui-ci (souvenir des premières huttes des habitants du Latium ou bien des foyers indo-européens disposés pour les sacrifices) le différencie totalement des autres sanctuaires dédiés aux dieux latins. Par son conservatisme rigoureux, le culte rendu à la divinité met l'accent à la fois sur la pureté originelle de la déesse et sur la puissance tutélaire et redoutable qu'elle représente dans le destin de Rome : son temple ne contient pas de représentation figurée, suivant en cela les habitudes primitives de la religion romaine (le feu à lui seul matérialise sa présence) ; elle n'est pas servie par des prêtres masculins mais par le collège des vestales, dont la chasteté garantit la protection accordée par la déesse à la ville (à la différence des autres divinités latines, elle exige de ses prêtresses de se consacrer absolument à son service) ; il est interdit à quiconque, à l'exception du grand pontife et des vestales, de pénétrer dans le temple de Vesta (l'interdiction est levée pour les matrones lors des vestalia) ; le feu perpétuel, s'il s'éteint par la négligence d'une vestale, doit être rallumé non à partir d'un autre foyer, mais en frottant les morceaux d'un arbre felix ; l'eau, élément contraire au feu, ne d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégée de lettres classiques, assistante à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  VESTA, religion romaine  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Tous ces rites avaient pour objet d'agir sur la volonté divine, le numen des dieux ; cette action était obtenue par la valeur contraignante du geste, par le sacrifice et par la prière. Pour chaque acte rituel, tous les détails sont minutieusement réglés : costume du prêtre (tête couverte ou découverte, drapé de la toge, etc.), paroles à prononcer, nature exacte de la victime (en principe animaux […] Lire la suite

VESTALES

  • Écrit par 
  • Catherine SALLES
  •  • 797 mots

Les Romains faisaient remonter l'institution du collège des vestales à Numa ou à Romulus (mais, pour beaucoup, la mère de Romulus était elle-même une vestale). Ces prêtresses, dont la chasteté et la virginité sont les garants mystiques et indispensables de la stabilité du culte de Vesta, occupent une place primordiale dans la religion traditionnelle, aux côtés des flamines et des pontifes. Ce sont […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine SALLES, « VESTA, religion romaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vesta-religion-romaine/