VAJRAYĀNA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les moyens et la fin

Toutes ces considérations peuvent aider à comprendre et l'interdépendance des différents moyens et leur fonction par rapport à la fin. Au sujet des pratiques associées à la sphère des émotions, on peut remarquer, tout d'abord, qu'elles ne représentent pas une innovation radicale qu'aurait opérée le tantrisme. En témoigne, par exemple, le commentaire par Vyāsa des Yogasūtra, III, 23, où il est dit : « L'indifférence n'est pas un sentiment, parce que d'elle ne peut procéder la samādhi (extase). » Le tantrisme et le Vajrayāna ne font qu'approfondir l'étude et l'application de cette idée, en prenant en considération une gamme étendue d'émotions, depuis le mouvement de foi intense à l'égard du maître jusqu'aux passions extrêmes de la colère et du désir sexuel. L'ardeur d'une passion a ceci de particulier qu'à l'instar de la concentration elle porte l'individu à sortir, en un certain sens, de lui-même, c'est-à-dire à se détacher, plus ou moins longtemps, de son monde coutumier. Il s'agit donc d'une première expérience, bien que rudimentaire et précaire, de rupture de la convention dualiste. Mais il sera nécessaire, naturellement, que l'émotion ne reste pas ce qu'elle est d'ordinaire, à savoir un événement fortuit et inconscient. Elle devra être cultivée de manière savante. La « voie des émotions » a pour particularité de se fonder nécessairement, si l'on veut qu'elle ait des résultats positifs, sur une purification déjà avancée : « Les sens peuvent être cultivés lorsqu'ils sont rendus inoffensifs par la purification » (Hevajratantra). Cette épuration signifie surcroît de conscience et de lucidité, de telle sorte que l'émotion, dont on a dit qu'elle tend à créer une séparation par rapport aux états psychiques ordinaires, ne risque pas d'entraîner les sens ainsi transformés : ces derniers, au contraire, en s'additionnant tous ensemble dans l'unité d'une conscience lucide, seront en mesure de fixer et de manier la séparation qui s'est instaurée, de manière à lui donner le plus de stabilité possible et ainsi de s'approcher toujours plus de l'état de pure [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur à la Scuola orientale de l'université de Rome

Classification


Autres références

«  VAJRAYANA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de Mahāyāna (« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_45422

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 631 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Écoles et doctrines »  : […] Comme dans le bouddhisme indien, plusieurs écoles se constituèrent au Tibet, mais leur différenciation dépend plutôt de facteurs historiques que de distinctions doctrinales, qui ne s'affirmèrent que peu à peu : au départ, il ne s'agissait que de disciples groupés autour d'un maître, qui recevaient puis transmettaient à leur tour les enseignements et pratiques que leur maître avait lui-même directe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-tibetain/#i_45422

HĪNAYĀNA ou PETIT VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Dominique TROTIGNON
  •  • 1 492 mots

Dans le chapitre « Les évolutions du bouddhisme »  : […] Au cours de leur développement, les écoles du Mahāyāna insisteront de plus en plus sur la sagesse et l'omniscience développées lors du plein Éveil, plutôt que sur la libération du samsāra , que vivent aussi les arhat , lors de l'« extinction définitive » ( parinirvāna ). Le nirvāna n'est plus alors conçu comme une réalité « autre », mais bien plutôt comme la vision juste du samsāra , ce qui perm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hinayana-petit-vehicule/#i_45422

NĀLANDĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 825 mots

Dans le chapitre « Un centre d'études mahāyāniques »  : […] À l'origine de l'histoire de Nālandā se rattache sans doute le village où Faxian – qui parcourut l'Inde au début du v e  siècle – signala la présence d'un monument élevé, peut-être, sur les cendres de Śāriputra, fils spirituel du Buddha. La fondation d'un couvent, premier noyau de l'Université, doit être postérieure à la pérégrination du Chinois ; on l'attribue communément à l'empereur Kumāragupta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nalanda/#i_45422

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Le tantrisme bouddhique »  : […] Les pratiques et spéculations qu'on vient de voir sont aussi étrangères que possible à l'esprit du bouddhisme ancien, qui condamnait l'idolâtrie et la croyance à l'efficacité des rites. Elles se retrouvent pourtant, sous des formes très voisines, dans le Mahāyāna. Peut-être né – développé en tout cas – comme le tantrisme hindou dans la zone himalayenne, le bouddhisme tantrique a dû s'établir en I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_45422

Pour citer l’article

Corrado PENSA, « VAJRAYĀNA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vajrayana/