Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

UN HÉROS DE NOTRE TEMPS, Mikhaïl Iourévitch Lermontov Fiche de lecture

<it>Portrait de Lermontov</it>, P. Sabolotski - crédits : AKG-images

Portrait de Lermontov, P. Sabolotski

Premier des poètes romantiques russes, Mikhaïl Iouriévitch Lermontov (1814-1841), styliste incomparable et réformateur de la langue, est également l'initiateur du roman psychologique dans son pays. Son œuvre abondante, malgré la brièveté de sa vie, influencera considérablement Tolstoï, Dostoïevski, Blok puis Pasternak. Comme son père, Lermontov embrasse la carrière militaire : il est cornette aux hussards de la Garde, et mène une vie mondaine et dissipée. Il fréquente peu les milieux littéraires et ne publie sa première œuvre poétique, Hadji-Abrek, qu'en 1835. La même année, il donne le plus célèbre de ses drames, Mascarade et, deux ans plus tard, publie Borodino ; en route pour Novgorod, il commence la rédaction de Un héros de notre temps qui sera publié en 1840.

Piétchorine, héros et narrateur

Composé de cinq nouvelles formant un cycle (« Bella », « Maxime Maximovitch », « Taman », « La Princesse Mary » et « Un fataliste »), Un héros de notre temps paraît en mai 1840. Exilé au Caucase comme le fut Lermontov, Piétchorine, le protagoniste principal, sert de liens aux récits. Le mot « héros » doit être pris dans un sens ironique, d'ailleurs précisé dans la Préface de la seconde édition : « ... un portrait, non pas d'un seul homme, mais des vices de toute notre génération [...], on a trop nourri les gens de douceurs, tant et si bien qu'ils en ont l'estomac gâté. Ils ont besoin maintenant de remèdes amers, de vérités cruelles ».

L'action se déroule entre 1827 et 1833. Le roman se compose de deux parties : dans la première, deux textes se succèdent (« Bella » et « Maxime Maximovitch ») et présentent le héros de l'extérieur, avant de laisser la place au « Journal de Piétchorine ». Le héros devient alors narrateur et conserve ce double rôle jusqu'à la toute fin du roman, puisque la seconde partie (« Taman », « La Princesse Mary » et « Un fataliste ») intitulée « Fin du Journal de Piétchorine » a pour seul narrateur Piétchorine. Dans l'Avant-propos au « Journal de Piétchorine », le narrateur publie son « journal » ; en fait Lermontov préfère donc présenter d'abord son personnage de l'extérieur, grâce à l'intervention d'un tiers, M. Maximovitch, pour le décrire ensuite de l'intérieur, en lui donnant la parole.

Depuis le début du xixe siècle et les romans de Marlinski (1797-1837), le Caucase est littérairement à la mode. Ce n'est donc pas pour rien que l'action s'y déroule en majeure partie et que la personnalité de Piétchorine, véritable double de l'auteur, dandy à l'âme hiératique, timide méprisant la vulgarité de la masse, s'y déploie avec autant de subtilité ; par cette analyse de caractère, Lermontov crée la première œuvre psychologique de la littérature russe. Dans « Bella », l'auteur décrit le rapt par Piétchorine de Bella, fille d'un prince tartare. Dès qu'il est arrivé à ses fins, l'amoureux, comme l'Adolphe de Benjamin Constant, n'éprouve plus qu'ennui et indifférence pour la jeune fille. Abandonnée, Bella est victime d'un nouveau rapt, qui cette fois tourne mal : elle est assassinée par son ravisseur.

Maxime Maximovitch incarne le vieil officier russe qui se fixe dans le Caucase et finit par s'identifier à cette terre. Maxime y a connu Piétchorine, et c'est par lui qu'il apprend l'histoire de Bella. Lermontov utilise ce récit pour accroître l'opposition entre deux personnalités bien marquées : Maxime, âme forte et droite, Piétchorine, esprit ténébreux, tortueux et morbide. Dans « Taman », Piétchorine raconte l'histoire d'une jeune contrebandière, aussi malicieuse que courageuse et qu'il parvient à démasquer. La jeune fille réussit à le duper en feignant d'être amoureuse et tente de l'assassiner en le jetant hors[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de la philosophie, critique littéraire à Études, poète et traducteur

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Portrait de Lermontov</it>, P. Sabolotski - crédits : AKG-images

Portrait de Lermontov, P. Sabolotski

Autres références

  • LERMONTOV MIKHAÏL IOURIEVITCH (1814-1841)

    • Écrit par Sophie LAFFITTE
    • 2 385 mots
    • 1 média
    ...a pour cadre les milieux mondains de Saint-Pétersbourg. Lermontov y travaille, en 1835 et 1836, avec la collaboration de son ami Sviatoslav Raïevski. Ce fragment présente déjà certaines des qualités du chef-d'œuvre de Lermontov, Un héros de notre temps (Geroj našego vremeni), et son principal...

Voir aussi