BENIGNI UMBERTO (1862-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prélat romain qu'on peut sans hésitation qualifier de personnage hors pair et qu'auréole encore la noire légende créée de son vivant même.

Né à Pérouse, en Ombrie (Italie), Umberto Benigni fut ordonné prêtre en 1884. Il commença aussitôt une triple carrière de professeur d'histoire, de directeur de journal et d'animateur d'œuvres. Pionnier d'un catholicisme social intransigeant, stimulé par l'encyclique Rerum novarum (1891) de Léon XIII, il fut appelé à Gênes à la direction du quotidien catholique L'Eco d'Italia. Sa virulence ayant effrayé, il partit pour Rome. Après quelques années difficiles à la bibliothèque Vaticane, il entra à la curie romaine, où il devint en 1907 un personnage important de la secrétairerie d'État et un collaborateur immédiat du cardinal Merry del Val. À la suite d'un conflit avec celui-ci, qu'il jugeait trop mou, il démissionna, en 1911, pour garder sa liberté d'action. Jugeant que la démocratie chrétienne et le catholicisme social s'engageaient dans les voies de la compromission, il organisa son propre réseau international d'action et d'information, dont le noyau était constitué par une association pieuse, le Sodalitium Pianum (en souvenir du pape saint Pie V, l'instigateur de la dernière croisade), organisation familièrement appelée la « Sapinière ».

Le combat que menait Benigni lui avait suscité de nombreux adversaires, particulièrement en Allemagne. Une perquisition opérée à la faveur de la guerre, en 1915, chez son correspondant belge à Gand permit de saisir une importante documentation sur son activité. Un rapport de synthèse fut établi en 1921 par un prêtre et historien français, communiqué au Saint-Siège, puis diffusé anonymement. Ce rapport, qui majorait considérablement l'importance de l'organisation et donnait des documents une interprétation déformante ou erronée, permit d'obtenir du pape Benoît XV la dissolution de la Sapinière, ce qui pour autant ne mit pas fin aux activités de son directeur. De plus en plus durci et isolé, celui-ci afficha une ligne contre-révolutionnaire, antisémite et profasciste.

Il reste qu'il avait exercé une influence non négligeable sous le pontificat de Pie X, dont il s'était constitué « le chien de garde » et qui n'hésitait pas à s'appuyer sur lui. Il aura été le verre grossissant de ses orientations et, à ce titre, aura donné lieu à une caricature, elle aussi révélatrice.

—  Émile POULAT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  BENIGNI UMBERTO (1862-1934)  » est également traité dans :

INTÉGRISME

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 671 mots

Dans le chapitre « La « Sapinière » (1909-1921) »  : […] La Sapinière était le nom familier que s'était donné une pieuse association internationale fondée sous Pie X par un prélat romain notoire, Mgr Benigni, pour défendre précisément le catholicisme intégral. De son nom véritable, elle s'appelait Sodalitium pianum , ou Sodalité saint Pie V, placée – on le voit – sous le patronage du pape de la dernière croisade et de la victoire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integrisme/#i_3702

MERRY DEL VAL RAFAEL (1865-1930)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 400 mots

Cardinal secrétaire d'État de Pie X, né d'une mère irlandaise et d'un père espagnol, à Londres, où celui-ci était ambassadeur. Merry del Val y reçut sa première éducation et c'est là que le baron von Hügel le connut enfant. Léon XIII le distingua dès l'époque où il faisait ses études au séminaire, à Rome : il le nomma à trente-deux ans archevêque de Nicée et président de l'Académie des nobles eccl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rafael-merry-del-val/#i_3702

Pour citer l’article

Émile POULAT, « BENIGNI UMBERTO - (1862-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/umberto-benigni/