GHERARDESCA UGOLINO DELLA ou UGOLIN (mort en 1289)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une puissante famille féodale qui, traditionnellement, dirigeait les gibelins de Pise, Ugolin commence par poursuivre la politique ancestrale, puis fait volte-face, s'alliant aux Visconti et à la faction guelfe, par ambition personnelle. Emprisonné (1274) et chassé de Pise (1275), il en dévaste le territoire et y revient, comme chef du parti guelfe, avec la paix de 1276. La ville, menacée par la coalition de Florence, Lucques et Gênes après la défaite navale de la Meloria (1284), le nomme podestà, puis capitaine du peuple (1285). Il écarte le péril mais croit alors le moment venu d'instaurer sa seigneurie (1286) : sa tyrannie s'appuie (selon un schéma assez classique) sur les couches populaires, et notamment sur les artisans les plus humbles. L'archevêque de Pise, Ruggieri Degli Ubaldini, prend la tête des gibelins, désireux de restaurer le gouvernement républicain ; une conspiration livre Ugolin à Ruggieri. Enfermé dans une tour avec ses deux fils et ses deux petits-fils, il y meurt de faim. Une légende, illustrée par un passage fameux de L'Enfer de Dante, raconte qu'il avait essayé alors de se soustraire à son sort en dévorant ses enfants.

—  Gérard RIPPE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gérard RIPPE, « GHERARDESCA UGOLINO DELLA ou UGOLIN (mort en 1289) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ugolino-della-gherardesca/