TUCUMÁN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Province argentine de 22 524 kilomètres carrés et 1 353 541 habitants lors du recensement de 2001. Son chef-lieu, San Miguel de Tucumán (527 607 hab., et environ 740 000 hab. pour l'agglomération) est la capitale traditionnelle de l'Argentine tropicale et andine du Nord-Ouest. À vrai dire, le sort de la ville de San Miguel de Tucumán est intimement lié à la vie économique et sociale de l'espace rural qui l'entoure. La monoculture de la canne à sucre a concentré sur une aire réduite du piémont de l'Aconquija, une population dense, agglomérée en bourgades, dont le style de vie est autant urbain que rural, industriel qu'agricole.

Argentine : carte administrative

Argentine : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Argentine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La culture de la canne a pris un rapide essor lorsque le chemin de fer, vers 1880, a permis la mise en place des équipements industriels et l'ouverture du marché sucrier national. La canne a trouvé son domaine d'élection dans le secteur amont du piémont, protégé des gelées hivernales, et qui, bénéficiant de pluies d'été suffisantes et de possibilités d'irrigation complémentaire, offre des sols profonds et fertiles. Dès que l'on s'éloigne vers l'est (sur les basses pentes du piémont et dans la plaine de Chaco séparées par le cours divaguant du río Sali), ces conditions favorables se dégradent très vite.

Remarquablement située sur la rive gauche du río Sali, au débouché de l'unique voie d'accès au Nord-Ouest, la ville de San Miguel de Tucumán a ressenti vivement la crise de l'économie sucrière régionale des années 1960, mais elle a réussi à diversifier ses activités à la fin des années 1970 : des industries mécaniques s'y sont implantées et, surtout, les excédents sucriers sont utilisés pour synthétiser un carburant « vert », l'alconafta, beaucoup moins polluant que l'essence obtenue à partir du pétrole. Le tourisme est également en plein essor.

—  Romain GAIGNARD

Écrit par :

  • : maître assistant des facultés des lettres et sciences humaines, professeur à l'université nationale de Cuyo-Mendoza, Argentine

Classification


Autres références

«  TUCUMÁN  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 811 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'Argentine tropicale »  : […] Présentant des indices de développement plus modestes, l'Argentine tropicale se subdivise entre les provinces de Misiones et Corrientes, le Chaco (provinces du Chaco, de Formosa, une partie de Santiago del Estero) et enfin le nord-ouest andin (Salta, Jujuy et Tucumán). Ce sont les provinces de Chaco et de Formosa qui enregistrent les plus mauvais taux de mortalité infantile et d'analphabétisme. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_37773

Pour citer l’article

Romain GAIGNARD, « TUCUMÁN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tucuman/