TRANSFERT ÉNERGÉTIQUE & TROPHIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans un écosystème, un flux d'énergie lumineuse assure la production primaire chez les végétaux chlorophylliens. Ceux-ci sont la source alimentaire dont vont disposer les consommateurs herbivores (eux-mêmes ressource nutritive pour les carnivores). Il existe donc une circulation de matière organique qui, partant des plantes vertes, traverse les maillons consécutifs de l'écosystème. Cette matière organique est de l'énergie chimique potentielle qui se trouve ainsi transférée des producteurs aux consommateurs.

Du fait de la déperdition nutritionnelle qui a lieu à chaque stade de consommation, le flux énergétique s'amoindrit progressivement, et c'est pourquoi on représente souvent le réseau des transferts écosystémiques sous la forme d'une pyramide, dont la base correspond aux producteurs et le sommet au superprédateur éventuel qui s'alimente par un ou plusieurs niveaux de consommateurs interposés entre producteurs primaires et lui. C'est dire la précarité de la situation de superprédation.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRANSFERT ÉNERGÉTIQUE & TROPHIQUE  » est également traité dans :

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rôle des bactéries dans le cycle de la matière »  : […] Tous les éléments constitutifs de la matière vivante subissent une transformation cyclique, passant sans cesse de l'état minéral à l'état organique et vice versa. Grâce à l'énergie solaire, les plantes vertes, par assimilation chlorophyllienne, procèdent à « l'organisation » de la matière, autrement dit à la transformation de substances minérales simples en dérivés organiques. Dans les matières or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_96823

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 782 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les flux d'énergie et de matière »  : […] La pyramide des biomasses ne donne qu'une image statique de la structure trophique de la biocénose, au même titre que le poids d'un individu ne nous renseigne guère sur sa ration alimentaire. Si l'on veut caractériser le fonctionnement bioénergétique de l'écosystème, il importe d'y mesurer les transferts d'énergie – ou flux d'énergie – entre les différents composants. De tels transferts sont défi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biocenoses/#i_96823

BIOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • François RAMADE
  •  • 3 426 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fonctionnement de la biosphère »  : […] Le fonctionnement de la biosphère est la résultante du fonctionnement de tous les êtres vivants qui la composent, et il se manifeste par des transferts continuels de matière et d'énergie entre le milieu physico-chimique ambiant et les organismes d'une part, entre les organismes d'autre part. Ces transferts correspondent à quelques grands mécanismes qui caractérisent divers groupes fonctionnels en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biosphere/#i_96823

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Organisation trophique »  : […] Un des problèmes majeurs de l'écologie est la description et la compréhension de la structure trophique des principaux écosystèmes. Cette structure trophique est constituée par les relations qui lient les organismes consommés à ceux qui les consomment, relations dont l'ensemble forme le réseau trophique du système. Ce terme traduit bien mieux que celui de chaînes alimentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_96823

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'organisation trophique des écosystèmes »  : […] L'intensité de la production primaire nette est le déterminant unique de la quantité de composés organiques disponibles pour les autres organismes de l'écosystème. En fait, seuls les organismes photosynthétiques et quelques micro-organismes (comme les bactéries nitrifiantes du sol) sont autonomes pour la couverture de leurs besoins en énergie et en carbone, étant capables de se développer à parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosystemes/#i_96823

ÉCOSYSTÈMES ET FLUX ÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 209 mots

Discipline scientifique née à la fin du xix e  siècle, l'écologie a franchi différentes étapes. Après la formalisation par le Britannique Arthur George Tansley du concept d'écosystème (1935), l'écologue américain Eugene Odum publie, en 1953, Fundamentals of Ecology , avec la participation de son frère Howard. Issu de leurs re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosystemes-et-flux-energetique/#i_96823

FLEUVES

  • Écrit par 
  • Lazare BOTOSANEANU, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 9 686 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Trophologie et flux énergétique »  : […] La nourriture est le facteur essentiel qui explique les microdistributions des animaux des eaux courantes, distributions qui sont généralement calquées sur celles des ressources trophiques. On distingue la chaîne des herbivores, qui repose directement sur la production primaire des plantes vivantes, et celle des détritivores, qui s'appuie sur le matériel allochtone mort, plus ou moins décomposé p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fleuves/#i_96823

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans la biosphère, deux types de transferts d'énergie entre organismes vivants sont dominants : la prédation , qui met en jeu des systèmes proie-prédateur, et le parasitisme , qui met en jeu des systèmes hôte-parasite. Dans les deux cas, un organisme se nourrit aux dépens d'un autre. Il est généralement admis que la caractéristique du parasitisme est qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_96823

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le sol, écosystème »  : […] La plupart des animaux du sol (environ 80 p. 100) sont des saprophages qui se nourrissent de substances organiques mortes, et les prédateurs sont rares. Il n'existe dans le sol que peu d'organismes producteurs capables de synthétiser la matière organique. Les animaux du sol dépendent donc de la litière organique, produite par les plantes vertes, qui leur arrive sous la forme de débris végétaux. M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_96823

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « TRANSFERT ÉNERGÉTIQUE & TROPHIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/transfert-energetique-et-trophique/