MORRISON TONI (1931-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reconstruire une identité bafouée

La poétique de son écriture répond au projet de Morrison de comprendre dans toutes ses potentialités une vérité insoupçonnée. Ainsi dans Jazz (1992), elle recrée, à propos d'un crime passionnel à Harlem, non seulement toutes les émotions associées aux images de la mort mais aussi le mystère propre à chaque mort. Les structures propres au jazz viennent ici inspirer les constructions du roman. Playing in the Dark. Blancheur et imagination littéraire (1992) est une étude des stéréotypes raciaux dans la littérature, et Race-ing Justice, En-gendering Power (1992) traite, dans la même optique, de la nomination du juge Clarence Thomas à la Cour suprême et de l'affaire Anita Hill comme exemples de « construction de la réalité sociale ».

De 1989 à 2006, Toni Morrison enseigne à l'université Princeton. Membre fondateur de l'Académie universelle des cultures, elle obtient le prix Nobel de littérature en 1993. L'Académie suédoise récompense ainsi celle qui, « dans ses romans, caractérisés par une force visionnaire et une grande puissance poétique, ressuscite un aspect essentiel de la réalité américaine ».

Remarquable conteuse, Morrison est une Afro-Américaine qui revendique sa différence ; c'est pour son peuple qu'elle écrit, pour reconstruire avec lui une mémoire collective, une identité bafouée, un rêve différé, comme on le voit encore avec A Mercy (2008, Un don) ou Home (2012), qui font revivre des périodes refoulées de l’histoire nationale, l’Amérique coloniale et la guerre de Corée. C'est pour les Noirs américains qu'elle relit et « réécrit » la littérature noire en essayant d'en montrer toute la spécificité. En ce sens, son écriture est politique, engagée dans une réalité troublante qu'elle cherche à cerner. Décidée à prendre ses distances par rapport aux idéologies qui ont donné de l'âme noire des interprétations réductrices, elle se défie des certitudes et a l'ambition d'explorer ce qui a échappé au regard des historiens comme à l'imaginaire de ses prédécesseurs. Elle souligne les ambiguïtés et les incertitudes à l'intérieur même de l'œuvre. Tout manichéisme est exclu : l'essentiel est de retrouver le sens du tragique et du sacré. Cette vérité, Morrison la recherche par des voies qui incluent l'humour, le burlesque, l'insolite, le merveilleux. Les pratiques culturelles afro-américaines sont placées au cœur de sa poétique. Dans la musique et la tradition orale, elle puise figures et énigmes. Inséré entre un début, qui pose l'énigme qui gouverne tout le texte, et une fin où s'énonce son inachèvement, le roman demeure une « œuvre ouverte ».

Beloved faisait partie d’une trilogie qui, après Jazz, situé en 1926 au moment de la Renaissance de Harlem, se clôt avec Paradise (1997). Ce roman, qui s’ouvre sur le massacre en 1976 de cinq femmes réfugiées dans le Couvent – elles seront les protagonistes des chapitres suivants – par les hommes de la ville de Ruby, fondée par des Noirs en 1890 dans l’Oklahoma, revient sur la notion de pureté raciale et sur le mouvement des droits civiques. Il renvoie aux lecteurs leurs propres constructions mentales en refusant de donner l’identité de la femme « blanche » tuée en premier : la « race » importe-t-elle ? Love (2001) explore le milieu peu connu des stations balnéaires réservées aux Noirs au temps de la ségrégation, tout en creusant le thème récurrent de l’abus sexuel de la petite fille noire, ici par un patriarche disparu mais toujours tout-puissant. Le colorisme est au cœur de Délivrances (2015) qui explore une ultime fois, non sans avoir recours à une forme particulière de « réalisme magique », la vulnérabilité de l’enfant noir, ici victime de toutes sortes de violences (abus psychiques, pédophilie, meurtre), mais offre une lueur d’espoir dans la réconciliation finale des deux protagonistes, Bride et Booker, qui peuvent enfin s’aimer.

Romancière et essayiste, Toni Morrison est également l’auteur de poèmes, d’un livret d’opéra, Margaret Garner (2005), et de la pièce de théâtre Desdemona, produite à Vienne, Nanterre, Berlin, Londres et New York en 2011. Par l’entremise de la chanteuse Rokia Traoré, Desdémone dialogue avec sa nourrice africaine Barbary en une réécriture d’Othello qui place ainsi l’Afrique au premier plan.

Avec son fils Slade, Morrison a coécrit des livres pour enfants tout en poursuivant son combat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MORRISON TONI (1931-2019)  » est également traité dans :

UN DON (T. Morrison) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 015 mots

Invitée au Louvre en 2006, Toni Morrison, avait choisi « l'étranger chez soi » comme thème d'exploration du musée pour lier les notions d'origine, d'appartenance et d'exil. Elle tomba en arrêt devant le tableau de Géricault, Le Radeau de la Méduse, émue par cette métaphore de l'errance où elle reconnaissait « les implications gestue […] Lire la suite

BELOVED, Toni Morrison - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 906 mots
  •  • 1 média

Publié en 1987, le cinquième ouvrage de la romancière américaine Toni Morrison (1931-2019) lui valut le prix Pulitzer et accrut une réputation déjà établie avec Le Chant de Salomon (1985) . L'incident qui sert de point de départ au roman est le meurtre accompli en 1856 par Margaret Garner, une esclave fugitive, de sa fillette, à laquelle elle voulait éviter la servitude. Cette affaire connut un g […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'autre version de la mémoire »  : […] Peut-être cette « matière du Sud » survit-elle pourtant, ailleurs et autrement. Le Sud a toujours été à l'arrière-plan des romans écrits par des Noirs. Dans le Chicago de Richard Wright ou dans le Harlem de James Baldwin, il est le lieu d'où l'on a été exilé, les racines rurales auxquelles on a été arraché. Ralph Ellison a été le premier à retracer tout le chemin, de son Oklahoma natal à Harlem e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, Claudine RAYNAUD, « MORRISON TONI - (1931-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/toni-morrison/