TOLÉRANCE ZÉRO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'origine de la « tolérance zéro » : une réorganisation de la police new-yorkaise

L'histoire commence avec l'expérience de sécurisation du métro de New York par deux policiers aux méthodes innovantes (William Bratton et Jack Maple), durant la première moitié des années 1990. Il s'agit pour la police de ne plus se contenter de rechercher les délinquants signalés mais d'être beaucoup plus présente sur le terrain afin d'arrêter plus systématiquement les fraudeurs, les drogués, les tagueurs et les mendiants, dont on présume que certains sont aussi des délinquants, au moins occasionnels. En traquant tous les gibiers, on espère attraper aussi bien les petits que les gros. Fort de ses résultats dans le métro (une importante réduction des vols, une chute de la fraude, la raréfaction de la mendicité), Bratton est nommé en 1994 à la tête de la police de New York par le nouveau maire Rudolph Giuliani qui a placé les questions de délinquance et de police au cœur de sa campagne électorale (avec le soutien notable du syndicat des policiers de la ville de New York). Pour mettre en œuvre à grande échelle sa nouvelle politique de sécurité, Bratton obtient rapidement une forte augmentation des effectifs de police (portés de 30 000 à 40 000 hommes en quelques années, pour une ville de 7,5 millions d'habitants), une réorganisation des moyens statistiques d'évaluation locale à la fois de la criminalité et de l'efficacité policière (grâce notamment à un système informatique baptisé Compstat et qui est devenu quasi mythique à New York), les moyens de faire pression pour « remettre les policiers dans la rue » et intensifier leurs contrôles sur la voie publique, à l'affût des moindres infractions, et le droit de saisir immédiatement les armes découvertes au cours des fouilles. Au cœur de l'opération, il s'agit donc d'imposer à la police de nouvelles façons de travailler et d'être évaluée : un nouveau management de la police. Cet [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : sociologue, chercheur au C.N.R.S. (Cesdip), enseignant à l'université de Saint-Quentin-en-Yvelines

Classification


Autres références

«  TOLÉRANCE ZÉRO  » est également traité dans :

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Dans le chapitre « Bilan mitigé de la promotion des droits de l'enfant  »  : […] Nous avons mentionné plus haut les apports incontestables de la Convention de New York et les prolongements globalement positifs qui en ont résulté, même si certains spécialistes ont parfois tendance à définir l'intérêt supérieur de l'enfant à partir de leur seule discipline. Cette convention a laissé néanmoins subsister des ambiguïtés, se gardant par exemple de trancher entre une interprétation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-situation-contemporaine-le-droit-de-l-enfant/#i_34891

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent MUCCHIELLI, « TOLÉRANCE ZÉRO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tolerance-zero/