MOFOLO THOMAS (1877-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des écrivains bantous les plus marquants : Thomas Mofolo écrivit trois romans dans sa langue maternelle, le sesotho, et on le considère généralement comme le premier romancier africain du xxe siècle. Son premier roman, Voyageur pour l'Orient (Moeti oa Bochabela), parut en feuilleton dans un journal en sesotho, Leselinyana, en 1906, puis sous forme de livre l'année suivante. C'est une parabole chrétienne présentant un jeune homme qui, rebuté par la mentalité des membres de sa tribu, part à la recherche de Dieu ; Dieu, pense-t-il, doit comme lui être dégoûté de la corruption humaine. Pitseng (c'est le nom d'une ville), qui parut d'abord sous forme de feuilleton en 1910, est le récit en grande partie autobiographique de l'enfance, de l'éducation ainsi que des amours d'un Mosotho (singulier de Basotho, les habitants du Lesotho) du xxe siècle.

Ces deux romans nous révèlent Mofolo partagé entre une attitude chrétienne, le portant à condamner l'Afrique prémissionnaire qu'il considère comme cannibale et « enveloppée de ténèbres », et son propre bon sens qui perçoit clairement les effets négatifs des missions sur la vie des tribus.

Son troisième récit, Chaka, est un classique sesotho. Mofolo en conçut l'idée très tôt et, en 1909, il sillonna le Natal à bicyclette afin de recueillir les matériaux nécessaires à l'ouvrage qu'il voulait écrire sur le grand chef zoulou du xixe siècle, Chaka, qui unit les tribus et se rendit maître d'une grande partie de l'Afrique du Sud et de l'Afrique centrale. Le roman fut d'abord rejeté par les missionnaires (1911-1912), qui y voyaient une glorification excessive du paganisme ; mais il fut finalement publié treize ans plus tard.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MOFOLO THOMAS (1877-1948)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 375 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « À l'ombre de la mission »  : […] « Sodome et Gomorrhe ». Dans The Traveller to the East (1934), Thomas Mofolo condamne sans rémission le monde de ses ancêtres, qui n'est que noirceur : il lui préfère la pureté des Blancs. On peut douter de sa sincérité ; mais on peut aussi s'interroger sur le processus de déculturation dont il est alors la victime. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_8896

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures écrites en langues africaines »  : […] d'Afrique du Sud (le sotho, le xhosa et le zoulou). Le roman de Thomas Mofolo (1875-1948), Chaka (écrit en sotho en 1908, publié en 1925, puis traduit (et adapté) en anglais en 1931, devenu un des grands classiques de la littérature africaine), donne, malgré le prosélytisme chrétien de l'auteur, une image fascinante du chef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_8896

Pour citer l’article

« MOFOLO THOMAS - (1877-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-mofolo/