MACAULAY THOMAS BABINGTON baron (1800-1859)

Historien et homme d'État britannique. Fils d'un négociant, lui-même homme de loi de formation, Macaulay a connu une brillante carrière politique dans les rangs des whigs. Membre du Conseil des Indes de 1834 à 1838, plusieurs fois ministre, en particulier de la Guerre de 1839 à 1841, il demeura activement mêlé à la vie parlementaire jusqu'en 1855 et sera élevé à la pairie en 1857. Il a été le défenseur convaincu et acharné des libertés anglaises et, entré au Parlement en 1830, l'un des artisans de la réforme électorale de 1832. Mais pénétré de la conviction que la démocratie conduirait au pouvoir des masses stupides, inquiet des perspectives de crise économique selon lui inévitable en cas de partage universel, il sera le parfait symbole de la position whig de limitation des réformes. Il s'opposera avec une particulière vigueur au mouvement chartiste.

Son œuvre d'écrivain est considérable. Il apporte une contribution régulière à l'Edinburgh Review, et, outre des articles originaux, il rédige des critiques bien documentées sur nombre d'œuvres historiques, sociales ou théologiques de ses contemporains : ces articles seront réunis et publiés dans ses Essays (1841-1844). Sa grande œuvre inachevée est une History of England, commencée en 1848 et dont un volume posthume sera encore publié en 1861. Il y insiste surtout sur le siècle des révolutions, contribue à l'interprétation whig des mouvements du xviie siècle, selon lui justifiés par la défense de libertés traditionnelles menacées ; on en retiendra son extraordinaire description de l'Angleterre, de ses paysages et de ses habitants en 1685. Cet effort intellectuel lui aura valu une immense popularité en Angleterre et des traductions en de nombreuses langues étrangères.

—  Roland MARX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  MACAULAY THOMAS BABINGTON baron (1800-1859)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5952

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 748 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « L'Inde »  : […] en partie sous l'influence de Trevelyan et, surtout, de Thomas Babington Macaulay : des écoles secondaires dans les grandes villes se multiplient. Après 1854, on tente d'intégrer écoles publiques et écoles des missions dans un même système, de coordonner le primaire et le secondaire, et on lance le projet de créer des universités à Madras, Bombay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_5952

Pour citer l’article

Roland MARX, « MACAULAY THOMAS BABINGTON baron (1800-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-macaulay/