GERMAIN THOMAS (1673-1748)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un orfèvre du roi, Pierre Germain (1647-1684), Thomas doit aux leçons des peintres Boullongne et à la protection de Louvois une formation très complète. En 1688, il est en effet envoyé à Rome où il étudie l'architecture et la sculpture. Ses études des monuments antiques et des églises romaines tempèrent d'un certain classicisme une nature plutôt tentée par la fougue baroque. À son retour en France, il occupe la charge d'orfèvre et sculpteur du roi laissée par son père et obtient un logement au Louvre. C'est à partir de 1720, date de son accession à la maîtrise, qu'il se consacre presque exclusivement à l'orfèvrerie. Thomas Germain se fait bientôt remarquer par son extraordinaire virtuosité technique et par l'élégance de ses compositions. Artiste complet, il peut mener ses œuvres à bien depuis le dessin jusqu'à la ciselure. Son succès est éclatant, aussi bien en France qu'à l'étranger. C'est lui qui fournit la vaisselle d'or de Louis XV, la toilette de Marie Leczinska (1726), celle de la Dauphine (1745), la toilette de la reine d'Espagne, de nombreuses pièces pour la cour de Portugal. Il ne subsiste malheureusement que peu d'œuvres de lui, l'orfèvrerie de Louis XV ayant été fondue et celle du roi de Portugal ayant été, en grande partie, détruite dans le tremblement de terre de 1755. Le Louvre conserve des objets qui attestent une personnalité très variée, aussi capable de se livrer à une rocaille exubérante (seaux à rafraîchir aux armes d'Orléans, écuelle d'argent doré du cardinal da Motta e Silva) que d'imaginer des formes dépouillées (écuelle aux serpents) ou d'un naturalisme surprenant (salières d'Orléans, ornées d'une tortue, d'un crabe et d'une coquille Saint-Jacques). Naturalisme que l'on retrouve dans la soupière aux sangliers ou dans les seaux à rafraîchir aux têtes d'épagneul (coll. part.), tandis que l'esprit rocaille se développe librement dans le mouvement ascendant de candélabres souvent portés par des amours. (On conserve le dessin préparatoire des célèbres girandoles d'or livrées en 1748 pour Louis XV [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « GERMAIN THOMAS - (1673-1748) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-germain/