KUNTZEL THIERRY (1948-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dire des bandes et des installations vidéo de Thierry Kuntzel que leur thème fondamental est celui du temps relèverait du simple truisme s'il ne s'agissait d'une forme de temporalité essentielle dans l'existence de tout être humain : celle de la finitude. Par la lumière du soleil qui se projette sur les murs d'une pièce, par des plans fixes et comme inaltérables, par des images fortement ralenties ou accélérées, la vision du spectateur est sollicitée de telle sorte qu'elle n'est plus un simple réceptacle du passage du temps mais participant, bien au contraire, de la finitude des objets et des êtres montrés. Ses vidéos empruntent également à l'esthétique cinématographique et photographique, ainsi qu'à la littérature.

Thierry Kuntzel, né à Bergerac, a d'abord écrit des textes théoriques et critiques sur le cinéma pour diverses revues dans les années 1970 ; puis il rédige de courts textes sur son propre travail, qui débute véritablement en 1979. Ses installations et ses bandes vidéo font également intervenir une certaine littérarité non seulement parce qu'elles s'inspirent parfois d'un texte (La Vue de Raymond Roussel dans Buena Vista, 1980) ou du personnage d'un écrivain (Robert Walser dans Hiver, 1990), mais aussi parce qu'elles mettent en mouvement une forme de narration liée directement à la mémoire des images perçues.

Une installation comme La Desserte blanche (1980), où s'opèrent des transformations minimes d'objets sur une table, ou une bande comme Time Smoking a Picture (1980), qui se déroule en plan fixe pendant trente-huit minutes, requièrent un constant travail de remémoration de la part du spectateur. Celui-ci doit reconstruire les disparitions, les déplacements ténus, les dématérialisations de l'image, et ce non par la vue mais grâce à un fil narratif, même métaphorique, qui relie les moments du passé récent. Le spectateur doit se souvenir que quinze minutes auparavant une ombre a bougé rapidement, qu'une fenêtre s'est ouverte, qu'une forme s'est évanouie, qu'une pomme a changé de place.

Contrairement à ce temps [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  KUNTZEL THIERRY (1948-2007)  » est également traité dans :

VIDÉO ART

  • Écrit par 
  • Rosalind KRAUSS, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 5 798 mots

Dans le chapitre « L'image visuelle comme médium »  : […] On constate chez les artistes et dans le public, à partir du milieu des années 1970, un réel changement d’attitude vis-à-vis de la pratique vidéographique et cela à l’échelle internationale : d’une part, les références à l’idéologie télévisuelle – si importantes lors de la précédente décennie – perdent de leur pertinence et, pour certains artistes, deviennent même obsolètes ; d’autre part, la fasc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « KUNTZEL THIERRY - (1948-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thierry-kuntzel/