THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley JevonsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « mécanique de l'utilité » en perspective

D'un point de vue analytique, la Théorie de l'économie politique est une critique féroce de l'école classique anglaise (en particulier de John Stuart Mill) même si c'est la synthèse opérée par Alfred Marshall dans ses Principles of Economics (1890) qui lui donne le coup de grâce : elle symbolise cette transition d'une théorie de la valeur travail à une théorie de la valeur utilité qui imprégnera le xxe siècle. L'ouvrage contribue aussi à préciser la question de l'allocation efficace des ressources à travers l'échange, qui ouvre la voie à la microéconomie.

D'un point de vue méthodologique, il traduit la manière dont l'économie recherche des fondements scientifiques à la fin du xixe siècle : l'analogie établie entre le théorème de l'échange et le fonctionnement d'un levier mécanique relève de l'idée que « les équations employées ne sont pas d'un caractère général différent de celui des équations effectivement utilisées dans bien des branches de la science physique ». Effectivement, l'ouvrage ne s'ouvre guère aux facteurs historiques ou sociologiques, et le champ de l'économique se voit réduit par cette perception mécaniste du fonctionnement du marché.

Pourtant, il faut se garder de ne voir en Jevons que l'un des pères de l'économie « néo-classique ». En témoignent la discussion des « échecs » de sa théorie, parfois relatifs à des questions de concurrence imparfaite, ou son approche unifiée des sciences et du monde : ses travaux sur le cycle, qui seront revisités par l'économiste américain Henry Ludwell Moore dans les années 1920, le conduisent à identifier une source d'instabilité exogène (les taches solaires), capable d'expliquer les cycles observés en économie et de compléter la connaissance qu'on aurait de celle-ci à travers le prisme unique d'un marché stable et équilibré.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley Jevons  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de son père qui a utilisé l […] Lire la suite

JEVONS WILLIAM STANLEY (1835-1882)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 1 501 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des travaux théoriques »  : […] Dans le domaine de la logique, discipline qui a occupé une grande partie de son temps de 1866 à 1876, Jevons acquiert une réputation aussi importante qu'en économie. Ses différents ouvrages –  Logique pure ( Pure Logic , 1863), Les Principes de la science ( The Principles of Science , 1874), Leçons élémentaires de logique ( Elementary Lessons in Logic , 1876) –, qui connurent parfois une import […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe LE GALL, « THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley Jevons - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-economie-politique/