BRY THÉODORE DE (1528-1598)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Aztèques capturés par les Espagnols

Aztèques capturés par les Espagnols
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La découverte du Nouveau Monde

La découverte du Nouveau Monde
Crédits : New York Public Library/ Rawpixel ; CC0

photographie

Scène d'anthropophagie au Brésil

Scène d'anthropophagie au Brésil
Crédits : AKG-Images

photographie

Mines de Potosí

Mines de Potosí
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


photographie : Aztèques capturés par les Espagnols

Aztèques capturés par les Espagnols

Théodore de Bry (1528-1598), Aztèques capturés par les Espagnols et leurs alliés. Gravure européenne du XVIe siècle. British Museum, Londres. 

Afficher

Graveur très productif, Théodore de Bry installa ses ateliers dans diverses villes marchandes (Liège où il est né ; Strasbourg, 1568 ; Londres ; Francfort où il est mort). Comme lui, ses deux fils et associés, Johan Israel et Johan Theodor, naquirent à Liège et moururent à Francfort. La production de ces ateliers est immense et s'inscrit dans l'épanouissement que connaît alors la gravure du Nord, qui poussa plusieurs artisans à s'expatrier. Elle comporte surtout des images destinées à une grande diffusion : reproductions, documents divers, costumes, portraits, modèles d'ornements assez libres et individualisés par rapport à la production contemporaine, voyages (grande série des Collectiones peregrinationum, terminée par le graveur allemand Merian l'Ancien) ou les trente planches de la Procession des funérailles de sir Philip Sidney gravées en Angleterre en 1587.

—  Michel MELOT

Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification

Autres références

«  BRY THÉODORE DE (1528-1598)  » est également traité dans :

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 561 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fonction sociale de la gravure »  : […] Les procédés mécaniques qui entrent dans sa production n'ont jamais altéré le caractère magique de l' image. Son succès vient de ce qu'elle pouvait satisfaire, à l'échelle sociale, les différents besoins de représentation de la vie mythique. Cette fonction apparaît dès les premières xylographies, essentiellement des crucifix et des images pieuses, qui protégeaient leurs possesseurs. On garnissait […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MELOT, « BRY THÉODORE DE - (1528-1598) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-bry/