TERREUR BLANCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression de Terreur blanche, dont l'origine reste incertaine, caractérise deux épisodes dans l'histoire de France : en 1795, dans quelques régions du Midi, des bandes de partisans royalistes pourchassèrent et massacrèrent des jacobins qui s'étaient faits les instruments de la Terreur « rouge » des années précédentes ; à la fin de 1815, on caractérise aussi sous le nom de Terreur blanche la réaction royaliste après les Cent-Jours. Cette réaction présenta deux aspects très différents. D'une part, des mouvements populaires et spontanés dans les provinces méridionales mal contrôlées au début par l'administration royale ; là, des partisans de l'empereur furent molestés, emprisonnés et même massacrés, comme le maréchal Brune à Avignon et le général Ramel à Toulouse ; particulièrement touchés furent les protestants du Gard, victimes des traditionnelles haines religieuses. D'autre part, une réaction menée par le gouvernement : punition des personnes responsables de la dernière usurpation de Napoléon (ainsi le maréchal Ney, fusillé le 7 décembre 1815), exil des anciens conventionnels régicides qui s'étaient ralliés à Napoléon en 1815, épuration systématique de l'armée et de toutes les branches de l'administration. Enfin, une législation répressive : loi de sûreté générale permettant d'emprisonner sans jugement ou d'assigner à résidence les individus considérés comme dangereux, loi sur les écrits et discours séditieux frappant de sévères pénalités les manifestations hostiles au régime, établissement de tribunaux d'exception (cours prévôtales) pour les tentatives de rébellion armée. Ces mesures votées par la Chambre introuvable n'avaient qu'une portée temporaire puisque Louis XVIII fit bientôt prévaloir sa politique de conciliation. Mais le souvenir de ces rigueurs devait servir par la suite la propagande et l'historiographie antiroyalistes.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TERREUR BLANCHE  » est également traité dans :

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Les insurrections armées »  : […] d'autres insurrections : celle de Lyon, plus proche en 1793 du fédéralisme girondin que du royalisme, celles de Marseille et de Toulon. La chute de Robespierre a entraîné une première terreur blanche dans le Sud-Est. Les compagnons de Jéhu (ou plus exactement de Jésus) entreprirent la chasse aux Jacobins, sans qu'il fût toujours possible de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/#i_39518

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 012 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts du régime et l'expérience libérale (1815-1820) »  : […] exaspéré la haine des royalistes pour les hommes de l'Empire et de la Révolution. La Terreur blanche fit rage de juillet à octobre 1815, en particulier à Marseille, à Avignon, à Toulouse, à Nîmes. Des protestants furent victimes de ces troubles et, dans l'Ouest, on assassina des acquéreurs de biens nationaux. La réaction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_39518

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La réaction thermidorienne (août 1794-mai 1795) »  : […] La réaction la plus grave se produit dans la vallée du Rhône et le Sud-Est, où les autorités, issues des rangs modérés et parfois protestants, préfèrent détourner la rancune populaire sur les anciens terroristes pour éviter d'en faire elles-mêmes les frais (le maire de Lyon offre un bon exemple de cette tactique). Si bien que d'innombrables actes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_39518

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « TERREUR BLANCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/terreur-blanche/