TERREUR BLANCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression de Terreur blanche, dont l'origine reste incertaine, caractérise deux épisodes dans l'histoire de France : en 1795, dans quelques régions du Midi, des bandes de partisans royalistes pourchassèrent et massacrèrent des jacobins qui s'étaient faits les instruments de la Terreur « rouge » des années précédentes ; à la fin de 1815, on caractérise aussi sous le nom de Terreur blanche la réaction royaliste après les Cent-Jours. Cette réaction présenta deux aspects très différents. D'une part, des mouvements populaires et spontanés dans les provinces méridionales mal contrôlées au début par l'administration royale ; là, des partisans de l'empereur furent molestés, emprisonnés et même massacrés, comme le maréchal Brune à Avignon et le général Ramel à Toulouse ; particulièrement touchés furent les protestants du Gard, victimes des traditionnelles haines religieuses. D'autre part, une réaction menée par le gouvernement : punition des personnes responsables de la dernière usurpation de Napoléon (ainsi le maréchal Ney, fusillé le 7 décembre 1815), exil des anciens conventionnels régicides qui s'étaient ralliés à Napoléon en 1815, épuration systématique de l'armée et de toutes les branches de l'administration. Enfin, une législation répressive : loi de sûreté générale permettant d'emprisonner sans jugement ou d'assigner à résidence les individus considérés comme dangereux, loi sur les écrits et discours séditieux frappant de sévères pénalités les manifestations hostiles au régime, établissement de tribunaux d'exception (cours prévôtales) pour les tentatives de rébellion armée. Ces mesures votées par la Chambre introuvable n'avaient qu'une portée temporaire puisque Louis XVIII fit bientôt prévaloir sa politique de conciliation. Mais le souvenir de ces rigueurs devait servir par la suite la propagande et l'historiographie antiroyalistes.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TERREUR BLANCHE  » est également traité dans :

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Les insurrections armées »  : […] Ni les armées d'émigrés, ni les complots n'ont sérieusement mis en danger la Révolution. Il n'en fut pas de même des insurrections qui secouèrent l'ouest et le midi de la France, puis Paris. Au soulèvement de l'Ouest on assigne diverses raisons. L'origine religieuse est difficilement contestable. Le refus de la Constitution civile du clergé (sorte de réorganisation laïque de l'Église) par un nombr […] Lire la suite

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 012 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts du régime et l'expérience libérale (1815-1820) »  : […] La crise des Cent-Jours avait aggravé la situation de Louis XVIII. Les Alliés vainqueurs s'interrogèrent même sur une nouvelle restauration des Bourbons et imposèrent des conditions de paix très dures, le contrôle des actes du gouvernement par un comité des ambassadeurs des quatre grandes puissances s'ajoutant à une occupation partielle du territoire. Surtout, elle avait exaspéré la haine des roy […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La réaction thermidorienne (août 1794-mai 1795) »  : […] La Convention, qui détient le pouvoir après Thermidor, s'appuie sur un regroupement d'anciens terroristes, de Montagnards gestionnaires, de modérés, bientôt rejoints par les anciens Girondins amnistiés, sortis de la clandestinité. Cet assemblage hétéroclite possède plusieurs atouts. Il hérite du fruit des efforts centralisateurs de Robespierre et n'a plus de rivaux institutionnels dans le pays ; i […] Lire la suite

Les derniers événements

4-30 janvier 2005 Irak. Élections dans un climat de violence

Les principaux partis sunnites boycottent les élections, tandis que les insurgés maintiennent un climat de terreur destiné à décourager les électeurs: de nombreux attentats-suicides et attaques diverses font, en un seul jour, trente-six morts dans le pays. Toutefois, l'apparente mobilisation des électeurs permet au porte-parole du Premier ministre Iyad Allaoui d'affirmer que « l'Irak a vaincu les terroristes », et au président des États-Unis George W. […] Lire la suite

1er-28 décembre 2001 Israël – Autorité palestinienne. Rupture entre Ariel Sharon et Yasser Arafat

Le 28, Ariel Sharon répète que les négociations israélo-palestiniennes ne reprendront pas « avant que la terreur ne cesse complètement ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « TERREUR BLANCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/terreur-blanche/