TAMILNADU ou TAMIL NĀDU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien « État de Madras », le Tamilnadu est un État du sud-est de l'Union indienne. Il possède un grand territoire (130 058 km2), avec une population de 62 405 679 habitants lors du recensement de 2001 (soit une densité de 480 hab./km2).

Inde : carte administrative

Carte : Inde : carte administrative

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

L'unité du Tamilnadu est bien affirmée. Elle remonte loin dans l'histoire, puisque le sud-est de l'Inde a abrité des constructions politiques puissantes, comme celles des Chola et des Pallava, qui ont contribué à la diffusion de l'hindouisme en Asie du Sud-Est. De plus, le Tamilnadu formait une unité dans l'Inde britannique, puisqu'il constituait l'essentiel de la présidence de Madras. Un fort sentiment d'unité tamoule s'est toujours manifesté, notamment à travers le puissant D.M.K., parti nationaliste tamoul. Enfin, la ville de Madras, la quatrième de l'Inde en 2001 avec 4 343 645 habitants (6 424 624 hab. pour l'agglomération) est un facteur de cohésion supplémentaire pour le pays tamoul.

L'État est constitué de quatre domaines morphologiques : des plaines littorales et deltaïques à l'est et au sud-est, puis, en allant vers l'ouest, un alignement de petits blocs montagneux, quelques plaines et plateaux intérieurs (plaine de Coimbatore) et enfin une partie des blocs montagneux élevés du sud de l'Inde, que le Tamilnadu partage avec le Kerala. Le climat est assez varié, mais il présente tout de même un caractère d'ensemble, marqué par un régime pluviométrique assez particulier. Les pluies commencent en mai, mais diminuent pendant les mois d'été, très arrosés dans le reste de l'Inde, pour augmenter ensuite et connaître un maximum très tardif, en novembre.

Les plaines côtières sont les parties les plus actives de l'État. Mais on observe un contraste très net entre celles du Nord, qui sont abondamment arrosées (plus de 1 000 mm dans la plaine de Madras) ou irrigables (delta de la Cauvery), et celles du Sud (delta de la Vaigaï et plaine de Tirunelveli), beaucoup plus sèches. Les systèmes de culture y sont donc assez différents. Les plaines du Nord sont dominées par la riziculture, qui est devenue une spécialité à peu près exclusive dans le delta de la Cauvery, équipé d'un système d'irrigation ancien constamment renforcé. Le gouvernement a fait un gros effort d'équipement, notamment pour le développement du pompage électrique. Dans ces campagnes modernisées s'est affirmé le rôle d'une moyenne et grande paysannerie, qui emploie beaucoup de salariés agricoles, si bien qu'il y a des conflits sociaux assez graves.

Les plaines littorales méridionales sont plus sèches ; le riz cède la place aux millets et aux arachides. Cependant, dans la région de Tirunelveli, la présence de sols noirs à fort pouvoir de rétention d'eau permet la culture du coton. Ces plaines littorales ont une certaine activité industrielle. Le facteur essentiel est la présence de Madras, qui joue le rôle d'un pôle de développement local. Il faut tenir compte aussi de ressources naturelles (lignites de Neyelveli, bauxite, magnésite), de la tradition textile des grands centres de pèlerinage, comme Kanchipuram et Madurai, et enfin de la présence d'une population importante appartenant aux basses castes, dont la spécialité rituelle est le travail du cuir.

Les blocs montagneux qui bordent les plaines à l'ouest (monts Javadi et Shevaroy) sont couverts de brousses médiocres et peu mis en valeur.

Les plaines et les plateaux intérieurs ont un climat assez sec, mais des sols profonds, si bien que la culture du coton y est possible, et qu'il existe de petits centres industriels qui travaillent cette fibre, comme Coimbatore.

Le Tamilnadu possède la partie la plus importante des hautes montagnes boisées des Nilgiris, où l'on trouve des plantations de thé et de café. La station climatique d'Ootacamund, fondée par les Britanniques à la recherche de fraîcheur, joint une activité industrielle à sa fonction classique.

Le Tamilnadu est un des États de l'Inde où le progrès économique est le plus rapide. Il le doit sans doute à sa cohésion sociale et politique. Les industries sont fort variées : textiles, sidérurgiques, métallurgiques, mécaniques, électriques, chimiques, caoutchoutières, papetières, cinématographiques. L'usine de construction de trains à Perambur est l'une des plus importantes d'Asie ; une usine de tanks se trouve à Avadi, près de Madras, où une raffinerie de pétrole est implantée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAMILNADU ou TAMIL NADU  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Répartition de l'activité industrielle »  : […] La politique d'industrialisation planifiée, fortement protectionniste et encadrée par l'État, qui fut mise en place par le gouvernement indien après l'indépendance, a certainement permis la construction d'un système productif diversifié. Elle s'est toutefois révélée inadaptée pour répondre au défi posé à l'Inde, comme à tout autre pays, par la globalisation des économies à partir des années 1980. […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mathématiques à l’époque moderne : nouvelles langues, nouvelles manières de faire »  : […] Les travaux de Nārāyaṇa comme ceux dits de l’école du Kerala ont lieu dans un sous-continent indien où, à partir du xiii e   siècle déjà, se sont établis des royaumes dirigés par des familles musulmanes ayant pour la plupart leur origine en Afghanistan, en Iran et puis finalement en Inde, où s’installe l’Empire moghol au xv e  siècle. Sous leur règne arrivent donc d’autres traditions savantes en […] Lire la suite

MADRAS

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 464 mots
  •  • 1 média

Quatrième ville de la république de l'Inde après Bombay (Mumbai), Delhi et Calcutta, Madras (Chennai depuis 1996) comptait 4 343 600 habitants lors du recensement de 2001 (6 560 000 hab. pour l'agglomération). C'est à partir de Madras, troisième comptoir britannique devenu capitale, qu'étaient administrés les territoires coloniaux de l'Inde du Sud. Depuis l'indépendance de l'Inde, Madras est deven […] Lire la suite

TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 3 326 mots

Dans le groupe dravidien, le tamoul occupe une place privilégiée, moins par son importance numérique que par l'ampleur et l'ancienneté de sa littérature et par la conscience récente mais aiguë de sa personnalité au sein de la culture indienne. Langue officielle de l'État de Madras devenu Tamilnadu, dont la population dépasse quarante millions, le tamoul est aussi le véhicule linguistique de minor […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « TAMILNADU ou TAMIL NĀDU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tamilnadu-tamil-nadu/