SURNOM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la différence du pseudonyme, le surnom ne résulte pas d'un choix personnel aux fins de dissimuler sa véritable identité au public, mais se trouve assigné à un individu par des tiers pour venir s'adjoindre ou se substituer au nom patronymique.

À l'époque de la République romaine, l'identité du citoyen comprenait, outre le prénom et le nom gentilice, un surnom (cognomen) qui semble d'origine assez tardive ; d'autres peuples d'Italie, tels que les Étrusques ou les Ombro-Sabelliens, connaissaient des règles de dénomination présentant une originalité analogue. Très tôt cependant, à Rome, en matière d'anthroponymie, la liberté triompha. Les surnoms en particulier devinrent multiples et variables ; s'adjoignirent aux anciens de nouveaux sobriquets. Finalement, dès la fin du Haut-Empire, il ne reste presque plus rien de l'ancienne anthroponymie romaine. En Gaule, après la conquête romaine, notables locaux et membres des classes moyennes avaient adopté des noms latins ; souvent, l'ancien nom gaulois était devenu un surnom. La christianisation et les invasions germaniques bouleversent les modes de désignation. Les anciens noms de famille disparaissent ; au nom de baptême s'ajoutent, afin de pallier la fréquence des homonymes, des surnoms d'abord germaniques puis, vers le xie siècle, français. À partir du xiiie siècle seulement, les surnoms — nom de la terre, appellations relatives à une particularité de la maison, sobriquets divers — tendirent à devenir héréditaires. Ainsi se forgèrent les noms de famille, stabilisés vers le xve siècle et fixés depuis l'organisation de l'état civil, devenu obligatoire sous François Ier. Mais l'usage d'accoler ou de substituer des surnoms aux noms patronymiques se poursuivit jusqu'à l'époque révolutionnaire, où une loi du 6 fructidor an II (23 août 1794) défendit d'ajouter aucun surnom à son nom, à moins qu'il n'eût servi jusqu'alors à distinguer les membres d'une même famille. Depuis lors, le patronyme, renforcé du ou des prénoms, est le seul moyen légal de signalisation des individus. Toutefois, en vertu de la loi du 11 germinal an XI (14 avr. 1803), un décret peut autoriser l'adjonction au nom patronymique d'un surnom ; et l'instruction du 21 septembre 1955 permet d'indiquer dans les actes d'état civil « les surnoms ou sobriquets, si une confusion est à craindre entre plusieurs homonymes, notamment dans les petites localités. En pareil cas, le surnom doit être précédé de l'adjectif dit ».

L'usage du pseudonyme, quant à lui, fréquent dans les ordres monastiques ou dans les milieux littéraires ou artistiques, est licite. Son choix cependant ne doit porter aucun préjudice à des tiers. Exception faite pour la Légion étrangère, son emploi est assimilé au faux dans les engagements de l'armée. En règle générale, d'ailleurs, la licéité du pseudonyme n'est admise qu'à l'occasion des rapports propres à l'activité en vertu de laquelle il a été choisi.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SURNOM  » est également traité dans :

ÉPIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH, 
  • Jean POUILLOUX
  • , Universalis
  •  • 7 220 mots

Dans le chapitre « Données générales »  : […] Dans les inscriptions de Rome, le simple particulier apparaît avec son nom, le magistrat avec ses titres, l'empereur avec les dénominations dont il est seul à bénéficier. Parmi les qualités que suppose l'étude épigraphique figurent donc la familiarité avec les noms romains, leur formation et leurs caractères, la connaissance de l'administration romaine et de ses rouages, celle enfin des différents […] Lire la suite

Les derniers événements

19-24 juin 2013 Italie. Nouvelle condamnation de Silvio Berlusconi

Le nom de cette affaire a pour origine le surnom de la jeune fille qui a participé à des orgies dans la villa du président du Conseil au printemps 2010, alors qu'elle était encore mineure, et qui a obtenu de celui-ci qu'il la fasse relâcher alors qu'elle avait été arrêtée pour vol en mai de la même année.  […] Lire la suite

12 mai 2011 Allemagne. Condamnation de John Demjanjuk

Extradé par les États-Unis en 1986, John Demjanjuk avait été condamné à mort en 1988 par la justice israélienne pour ses activités présumées dans le camp d'extermination de Treblinka, sous le surnom d'« Ivan le Terrible », avant d'être acquitté en 1993. Il avait de nouveau été extradé, vers l'Allemagne, en 2009. John Demjanjuk est laissé en liberté en attendant la validation du jugement par les instances judiciaires. […] Lire la suite

2-11 mars 2009 Irak. Condamnations d'anciens dirigeants irakiens pour crimes contre l'humanité

Ce dernier a déjà été condamné à mort pour les massacres et gazages de Kurdes à la fin des années 1980 (d'où son surnom d'« Ali le chimique »), puis pour l'exécution de civils chiites en 1991. Le 11, le même tribunal condamne à quinze ans de prison l'ancien chef de la diplomatie puis vice-Premier ministre de Saddam Hussein, Tarek Aziz, et « Ali le chimique » pour « crimes contre l'humanité » pour l'exécution de quarante-deux commerçants en 1992. […] Lire la suite

4-26 juin 2007 États-Unis – Irak. Doutes sur la politique américaine en Irak

Son surnom lui est venu d'une opération de représailles distincte de la campagne Anfal, le bombardement à l'arme chimique de la ville kurde de Halabja, en mars 1988, au cours duquel cinq mille personnes auraient perdu la vie. Le 25, un attentat-suicide provoque la mort d'au moins douze personnes dans un hôtel de Bagdad où se trouvaient réunis des chefs de tribus sunnites de la province insurrectionnelle d'Al-Anbar qui collaboraient avec les forces américano-irakiennes dans la lutte contre Al-Qaida. […] Lire la suite

3-29 juillet 2003 Russie. Campagne contre l'oligarque Mikhaïl Khodorkovski

Le 11, le président du patronat russe, Arkadi Volski, fait part au président Poutine de la position des oligarques – surnom des dirigeants des grandes entreprises russes – qui dénoncent une campagne risquant de détruire la stabilité du pays comme de remettre en cause les résultats des privatisations menées dans les années 1990. Intervenant quelques mois avant les élections législatives de décembre 2003 et présidentielle de mars 2004, les attaques contre Ioukos suscitent une vive émotion dans la classe politique et chez les défenseurs des droits de l'homme, qui dénoncent une « démocratie dirigée ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BURDEAU, « SURNOM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surnom/