WITKIEWICZ STANISŁAW IGNACY, dit WITKACY (1885-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur dramatique, romancier, essayiste, théoricien de l'art et peintre polonais, Stanisław Ignacy Witkiewicz naît à Varsovie dans une famille de la petite noblesse terrienne originaire de Lituanie. Fils unique du peintre et critique d'art Stanisław Witkiewicz, il reçoit une éducation peu commune qui, le plaçant dès son plus jeune âge en marge (à côté et au-dessus des autres), en fera un individualiste irréductible.

Il se dirige d'abord vers la peinture et suit les cours de l'Académie des beaux-arts de Cracovie. En 1910, une liaison tumultueuse avec une actrice célèbre lui inspire son premier roman : Les 622 Chutes de Bungo ou la Femme démoniaque. Après la guerre de 1914-1918, qu'il fait à Saint-Pétersbourg, dans la garde impériale (originaire de Varsovie, il était alors sujet du tsar), commence pour lui, de 1918 à 1926, une période de fécondité exceptionnelle. Dandy déjà célèbre par ses excentricités, il peint beaucoup et écrit énormément, surtout pour le théâtre. En huit ans, il produit une trentaine de pièces (dont dix-neuf seulement nous sont parvenues) sans compter des écrits théoriques (Théâtre, Introduction à la théorie de la forme pure au théâtre, etc., 1923) et de nombreux articles de journaux, le plus souvent violemment polémiques.

Ses pièces, écrites très vite (il ne se relit jamais) et de valeur très inégale, illustrent toutes ses théories esthétiques sur la « forme pure » au théâtre. Il donne, entre autres, Les Pragmatistes (1919), Eux (1920), L'Indépendance des triangles (1921), La Métaphysique du veau à deux têtes (1921), La Poule d'eau (1921), L'Œuvre sans nom (1921), Le Fou et la Nonne (1923), La Mère (1924) et enfin, en 1925, La Sonate de Belzébuth. Onze seulement de ses trente pièces seront jouées, la plupart du temps pour une ou deux représentations, dans des théâtres expérimentaux.

Après 1926, son activité se ralentit beaucoup. Sujet à des crises de dépression de plus en plus profondes, il s'enferme en des méditations métaphysiques. Il fera paraître encore deux romans : L'Adieu à l'automne (1927) et Inassouvissement (1930) ; en 1931, il en commen [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WITKIEWICZ STANISLAW IGNACY, dit WITKACY (1885-1939)  » est également traité dans :

AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE

  • Écrit par 
  • Andrzej TUROWSKI
  •  • 8 064 mots

Dans le chapitre « Les années 1920 : l'avant-garde internationale, le constructivisme »  : […] Dès le début des années 1920, on peut observer à l'Est, dans les milieux d'avant-garde, une grande diversité dans l'approche des problème posés par l'art moderne. Les déclarations expressionnistes se sont raréfiées au profit de l'attraction exercée par la dynamique futuriste et par le jeu dadaïste. Ces deux tendances engendrent une attitude générale par rapport à l'art plutôt qu'elles n'aboutisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde-est-europeenne/#i_80265

LA CLASSE MORTE, Tadeusz Kantor

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 325 mots

Tour à tour peintre, plasticien, scénographe, puis metteur en scène et auteur, Tadeusz Kantor (1915-1990) fonde en 1955 le Théâtre Cricot 2 (anagramme de « to cyrk », le cirque). Dans la cave de la galerie Krysztofory à Cracovie, il poursuit une recherche théâtrale issue de diverses influences philosophiques et picturales (Duchamp et le surréalisme, Fluxus et l' arte povera , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-classe-morte/#i_80265

KANTOR TADEUSZ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 436 mots

1915 Naissance de Tadeusz Kantor, le 6 avril, à Wielopole, près de Cracovie. 1934-1939 Il étudie la peinture et la scénographie à l'Académie des beaux-arts de Cracovie. 1942 Sous l'occupation nazie, Tadeusz Kantor fonde à Cracovie un Théâtre expérimental clandestin. 1945 Premières activi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kantor-reperes-chronologiques/#i_80265

KANTOR TADEUSZ

  • Écrit par 
  • Brunella ERULI
  •  • 1 226 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Entre éternité et poubelle » »  : […] Né en 1915 en Pologne, à Wielopole, petit bourg près de Cracovie, fils d'instituteur, Kantor reçoit à partir de 1934 une formation de plasticien et de scénographe. Il travaille avec Karol Frycz, disciple de Gordon Craig, découvre Meyerhold et Piscator. Influencé par le constructivisme russe et allemand, il trouve dans le dadaïsme de Duchamp et de Picabia, dans le surréalisme de Breton les premiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeusz-kantor/#i_80265

LUPA KRYSTIAN (1943- )

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Le metteur en scène polonais Krystian Lupa est né en Silésie en 1943. Ce n'est qu'assez tardivement, vers trente ans, qu'il se consacre au théâtre. En effet, il étudie d'abord pendant six ans les arts graphiques à l'académie des Beaux-Arts de Cracovie. Son intérêt pour le dessin ne le quittera jamais et continue de jouer un grand rôle dans la préparation de ses spectacles. Diplômé de gravure en 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/krystian-lupa/#i_80265

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du XXe siècle dans la Pologne indépendante (1918-1939) »  : […] Une ère d'intense foisonnement artistique s'ouvre avec l'indépendance recouvrée. La littérature se fait l'écho de l'enthousiasme qui salue la réalisation du rêve des générations précédentes. En même temps, elle se libère de son rôle de conscience nationale : « Au printemps, laissez-moi voir le printemps, pas la Pologne », s'écrie le poète Jan Lechoń (1899-1956). La littérature se tourne vers une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_80265

Pour citer l’article

Daniel ZERKI, « WITKIEWICZ STANISŁAW IGNACY, dit WITKACY (1885-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislaw-ignacy-witkiewicz/