LEM STANISLAS (1921-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parodie et récits apocryphes

Les romans de Lem sont organisés en plusieurs cycles : Les Récits du pilote Pirx relatent la vie et les aventures d'un pilote de fusées cosmiques ; dans les Mémoires d'Ijon Tichy (1971), le héros emprunte à la fois au Baron de Münchhausen, escroc légendaire, et au Gulliver de Swift. Plein d'humour, ce cycle se poursuit avec deux grands romans, Vision locale (1982), une tentative pour créer une société libérée de la souffrance, et La Paix sur Terre (1987), où les hommes acceptent de déposer leurs armes sur la Lune. Lem disait avoir une préférence pour La Cybériade (1965), un texte parodiant le conte de fée et la chronique historique, qui plonge le lecteur dans un univers de robots qui méprisent les hommes, mais en copiant leur soif de pouvoir et leurs nombreux travers.

Ses récits « apocryphes », constitués des recensions et les préfaces aux romans fictifs (Le Vide parfait, La Grandeur imaginaire), forment un cycle à part dans lequel Lem contrefait les styles littéraires de son époque tout en posant des questions épistémologiques essentielles. L'une de ces « préfaces » donne d'ailleurs lieu à un roman, Le Golem XIV (1981), lequel formule des thèses très novatrices concernant la théorie de l'évolution, dont l'unique enjeu ne serait pas, selon l'auteur, l'individu mais la conservation du code génétique.

À la fin de sa vie, Lem n'écrivit plus que des essais (Le Mystère de la chambre chinoise, La Bombe mégabit, Clin d'œil) et des chroniques (Sex Wars, La Belle Époque, Beaucoup de bruit pour rien) dans lesquels il médite sur les dernières avancées de la science et donne libre cours à la critique de la société contemporaine, accusée d'être obnubilée par les plaisirs les plus primaires.

Lem fascine par l'étendue de son érudition et de ses centres d'intérêts, par ce rôle de sage universel. Il est aussi le plus célèbre écrivain polonais : vendus, à ce jour, à plus de 27 millions d'exemplaires, ses livres ont été traduits en trente-six langues. Certains, comme Solaris, La Voix du maître, Cybériade ou Mémoires d'Ijon Tichy, appartiennent désormais au c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté d'études polonaises à l'université Jagellone de Cracovie, vice-doyen de la faculté

Classification


Autres références

«  LEM STANISLAS (1921-2006)  » est également traité dans :

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 233 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La littérature face aux totalitarismes (1939-1989) »  : […] Le 1 er  septembre 1939, Hitler franchit les frontières occidentales de la Pologne. Quelques jours plus tard, l'écrivain visionnaire S. I. Witkiewicz se suicide lors de l'invasion des territoires orientaux de la Pologne par l'Union soviétique. L'occupation nazie dura six ans. Quand aux troupes soviétiques, elles ne quittèrent la Pologne qu'après la chute du Mur de Berlin en 1989. Pendant toute cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_48049

Pour citer l’article

Jerzy JARZEBSKI, « LEM STANISLAS - (1921-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislas-lem/