BRETON STANISLAS (1912-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe français. Né le 3 juin 1912 à Gradignan, dans la région bordelaise, Paul Breton était orphelin de père et perdit très tôt sa mère. Entré à l'âge de quinze ans dans le noviciat des Pères Passionistes, il prend le nom religieux de Stanislas. L'appartenance à cette congrégation laisse des traces considérables dans son œuvre philosophique (La Passion du Christ et les philosophies, 1954 ; Mystique de la passion, 1962 ; Le Verbe et la Croix, 1981). Sa formation scolastique lui permet de se familiariser très tôt avec les œuvres de Thomas d'Aquin et de Suárez, en particulier le traité De la relation, qui allait jouer un rôle central dans son itinéraire intellectuel, qui le conduisit de Rome à Lyon et à Paris. Après son retour de captivité en Allemagne, il soutient à l'Angelicum de Rome sa thèse de doctorat en philosophie scolastique, publiée en 1951, sur l'esse in et l'esse ad (« être-dans » et « être-vers ») dans la métaphysique de la relation.

Nommé professeur à l'Université pontificale de la propagande à Rome, il y enseigne pendant huit années la psychologie rationnelle dans l'esprit du Traité de l'âme d'Aristote et du commentaire qu'en donne Thomas d'Aquin, tout en s'ouvrant à la biologie théorétique de Jakob von Uexküll et de Hans Driesch, ainsi qu'à la phénoménologie de Husserl. À partir de 1956, il enseigne la philosophie aux facultés catholiques de Lyon, avant d'être nommé à la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris.

C'est au cours des années 1960 et 1970 que paraissent ses ouvrages philosophiques les plus importants, dont la colonne vertébrale est formée par le triptyque : Du Principe (1971), Être, Monde, Imaginaire (1976), Le Verbe et la Croix. Les lignes de force de son œuvre philosophique sont inséparables des grandes amitiés qu'il sut établir tout au long de sa vie. Avec Jean Trouillard et Henri Duméry, il partage une commune fascination pour le néo-platonisme et les « pensées du Rien », auxquelles il consacre un ouvrage capital (Rien ou quelq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « BRETON STANISLAS - (1912-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislas-breton/