SPÉCULATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La spéculation est-elle déstabilisante ?

Indépendamment de tout jugement moral, la spéculation est nécessaire au bon fonctionnement des marchés à terme, car elle en assure la « liquidité ». En effet, les ordres d'achats et de ventes à terme émanant des opérateurs qui cherchent à se couvrir ont peu de chances de s'ajuster spontanément. Les marchés à terme sont structurellement déséquilibrés, et les spéculateurs contribuent à l'ajustement nécessaire en se portant contreparties du solde des positions. Leur rôle paraît même indispensable puisqu'ils acceptent, en espérant un gain, de prendre un risque que les autres participants ne souhaitent pas courir.

On a beaucoup débattu pour savoir si la spéculation joue dans le sens de l'équilibre ou du déséquilibre des marchés. Tout dépend, en fait, de la période dans laquelle on se situe. En période calme, la spéculation tend à être équilibrante, les mouvements sur les cours de change ou de Bourse étant temporaires. Par exemple, si le prix d'une action baisse, et si cette dépréciation est jugée temporaire, les spéculateurs l'achètent, anticipant son redressement ultérieur. Cette opération d'achat fait remonter le cours de l'action. Il est clair que ces comportements spéculatifs, destinés à réaliser des gains (ou à éviter des pertes) en capital, ont un effet stabilisateur.

À l'inverse, en période de crise sur les marchés, les anticipations changent de nature : les mouvements de parités des monnaies ou de prix d'actifs financiers sont considérés comme durables. En ce cas, les spéculateurs jouent la poursuite de la hausse des monnaies fortes (ou des actions orientées à la hausse) qu'ils cherchent à acheter, et la poursuite de la baisse de celles qu'ils cherchent à vendre. Les opérations spéculatives sont alors déstabilisantes, car elles tendent à amplifier les mouvements des taux de change et des prix d'actifs. Pendant ces périodes de tensions, des sommes considérables sont échangées sur les marchés (des changes ou de la Bourse), et les cours des devises (ou des actions) peuvent bouger de plusieurs points de pourcentage en une seule journée.

Il faut remarquer que toute opération de spéculation appelle, quand elle est « dénouée » (lorsqu'il y a prise de bénéfice), une opération de sens inverse. Par exemple, le profit de change à la baisse d'une monnaie se matérialise par le rachat de celle-ci après sa dépréciation. En effet, le spéculateur vend la monnaie dont il anticipe la baisse, et la rachète une fois que cette baisse s'est réalisée, contribuant ainsi à raffermir le cours. C'est pourquoi l'on assiste souvent à des « reprises techniques » sur les monnaies attaquées, au moment où les spéculateurs soldent leurs opérations pour prendre leur bénéfice. Ces dénouements d'opérations spéculatives contribuent aux mouvements de « yo-yo » qui caractérisent l'évolution des cours de change (ou des cours boursiers).

Aujourd'hui, l'essentiel des opérations financières à l'échelle de la planète consiste en de tels va-et-vient incessants. John Maynard Keynes, qui, dans sa Théorie générale (1936), fait par ailleurs de la spéculation l'un des motifs de la demande de monnaie, ne s'y était pas trompé lorsqu'il écrivait : « Le risque de la spéculation tend à grandir à mesure que l'organisation des marchés progresse. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Autres références

«  SPÉCULATION  » est également traité dans :

AGIOTAGE

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 114 mots

Dérivé du mot agio , ce terme désigne, avec un accent péjoratif, les manipulations fructueuses des effets de commerce et des valeurs mobilières, et, par extension, toute opération financière ayant un caractère spéculatif plus ou moins teinté d'illégalité. Employé pour la première fois lors de la crise déclenchée par le système de Law à Paris sous le règne de Louis XV, ce mot a fait fortune sous la […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'épisode des pyramides financières »  : […] L'apport massif des travailleurs émigrés albanais est à l'origine d'un phénomène spéculatif que l'Albanie n'a pas été la seule à connaître (comme on l'a vu en Roumanie avec le phénomène Caritas dans les années 1994-1995 ou encore en Russie en 1993 avec MMM). En l'absence d'un système bancaire fiable et d'un encadrement institutionnel et juridique suffisamment contraignant et stable, d'importantes […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La précarité de la vie d'artiste »  : […] Dès lors que la cote devient, au moins sur le court terme, le critère majeur de la valeur de l'art, la majorité des artistes est condamnée à la précarité. Sur le nombre estimé de 50 000 artistes vivant en France, environ 30 000 sont inscrits à la Maison des artistes et ont un statut social d'artiste. La profession d'artiste se caractérise essentiellement par la précarité, l'irrégularité, l'inégali […] Lire la suite

BANQUES ISLAMIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 655 mots

Les banques islamiques n'ont cessé d'intriguer les financiers internationaux, car elles respectent à la lettre ce qu'interdit l'islam sous le terme générique de riba , à savoir la combinaison de trois éléments : l'engagement à terme, la condition aléatoire et la rémunération prédéterminée du capital, combinaison que le mot « intérêt » ne traduit qu'imparfaitement. Les banques et établissements isl […] Lire la suite

BOURSE - Microstructure des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Laurence LESCOURRET, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 5 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le risque d'antisélection »  : […] Certains investisseurs –  nommés spéculateurs – traitent sur le marché dans l’unique but de réaliser un profit grâce à la connaissance d'une information spécifique, inconnue des autres acteurs du marché. Ces spéculateurs se mêlent à ceux non informés qui négocient pour des motifs de liquidité (comme la liquidation d’un portefeuille pour l’achat d’une maison). Perdant face aux spéculateurs, le ten […] Lire la suite

CAPITAL

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 382 mots

Dans le chapitre « Le capital en tant qu'ensemble de biens »  : […] Il est plus courant de voir dans le capital des biens ou des ensembles de biens plutôt qu'un rapport social. La caractéristique commune de ces biens est qu'ils servent à produire d'autres biens ; ils s'opposent en cela aux biens dits de consommation, qui ont pour but de satisfaire les besoins des personnes. Parmi ces biens, on distingue les biens-capitaux (ou biens durables), qui ne disparaissent […] Lire la suite

CÉRÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 245 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Marchés à terme et cours « mondiaux » des céréales »  : […] Les cours « mondiaux » des principales céréales (blé, maïs) s'établissent sur un tout petit nombre de marchés à terme. Sur ces futures markets , interviennent à la fois des hedgers ou « opérateurs en couverture de risque », qui ont à vendre ou à acheter des grains (donc des produits physiques) en s’assurant plusieurs mois à l’avance d’un prix, et des speculators  (ce terme n’a pas de connotation […] Lire la suite

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 003 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalité du différentiel de change et du différentiel d'intérêt »  : […] Cette égalité entre le différentiel de change et le différentiel d'intérêt est centrale pour l'équilibre des opérations et, au-delà, pour comprendre le fonctionnement du marché des changes tout entier. Si l'on définit le différentiel de change comme l'écart entre le cours à terme et le cours au comptant calculé en pourcentage annualisé (taux de déport ou de report de la devise), on démontre qu'il […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le rôle de la spéculation »  : […] La spéculation est souvent donnée comme une explication des variations erratiques des taux de change ou des cours boursiers. Pourtant, le rôle de la spéculation n'est pas nécessairement déstabilisant. Jouer un rôle déstabilisateur ne fait d'ailleurs pas partie des objectifs d'un spéculateur. Ce dernier est simplement un intervenant qui cherche à tirer partie d'une opportunité de profit anticipée. […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le flottement des monnaies »  : […] Après la seconde dévaluation du dollar (février 1973), les banques centrales autres que celle des États-Unis décident, en mars 1973, de ne plus se considérer comme tenues d'acquérir des dollars au cas où leur monnaie dépasserait la marge de fluctuation par rapport au cours pivot antérieur. Le flottement des monnaies s'installe de facto. Les États-Unis se refusant eux-mêmes, traditionnellement, à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 juin 2018 Suisse. Rejet de l'initiative « Monnaie pleine ».

spéculation, et de réserver cette création de monnaie à la Banque centrale. Cette initiative soutenue par la gauche était rejetée par le Parlement et le Conseil fédéral. Le taux de participation est de 33,8 p. 100. […] Lire la suite

6-27 septembre 2012 Union européenne. Feu vert pour le traité budgétaire et nouveaux plans d'austérité

spéculation et l'envolée des taux d'intérêt dont sont victimes ces pays. Il ne fixe aucune limite à ces rachats, qu'il conditionne à l'appel des pays concernés aux fonds de soutien européens et à leur acceptation des réformes structurelles et des réductions des déficits publics exigés en contrepartie. Le président de la Bundesbank Jens Weidmann est […] Lire la suite

8-27 août 2011 Union européenne. Tension sur les marchés financiers et plans d'austérité des gouvernements

spéculation sur la baisse d'une action – sur une sélection de titres financiers, pour une durée de quinze jours. Cette mesure n'empêche pourtant pas les titres concernés de continuer à baisser. Le 25, elle sera toutefois reconduite jusqu'à fin septembre. Le 16, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel, réunis […] Lire la suite

1er-31 décembre 2001 Argentine. Crise financière et politique

spéculation. En récession depuis trois ans, le pays traverse une crise financière majeure marquée par la surévaluation du peso. Ces mesures provoquent un mouvement de panique chez les épargnants. Le 5, le Fonds monétaire international (F.M.I.), qui estime que Buenos Aires n'a pas respecté ses engagements budgétaires, bloque le versement d'une aide  […] Lire la suite

6-27 août 1999 Russie. Transferts occultes de fonds publics et blanchiment d'argent de la mafia via l'Occident

spéculation et donnant lieu à une corruption institutionnalisée. Le 19, le New York Times révèle que quelque 10 milliards de dollars auraient été blanchis par la mafia russe depuis 1998, par l'intermédiaire de la Bank of New York. Le compte suspect a été ouvert par une société liée à Semion Moguilevitch, l'un des parrains de la mafia russe. Deux collaboratrices […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PLIHON, « SPÉCULATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/speculation/