BANDARANAIKE SOLOMON WEST RIDGEWAY DIAS (1899-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une des familles entrée tôt au service des colonisateurs britanniques et enrichie par cette collaboration, par des contrats publics et par les profits de vastes cocoteraies, S. W. R. D. Bandaranaïke est le pur produit d'un milieu anglicisé où l'on dédaignait la culture cingalaise et le bouddhisme au profit de la civilisation des conquérants et d'un anglicanisme de convenances. Envoyé en Angleterre où il poursuivit de brillantes études à Oxford, il entra tout naturellement à son retour dans la vie publique. Élu député en 1931 dans son fief familial, il devint en 1936 le plus jeune ministre du gouvernement constitué sous la tutelle britannique.

Intelligent et doué d'un sens politique sûr, il se rendit vite compte qu'une carrière bâtie sur la collaboration avec un pouvoir colonial sur la défensive n'avait pas d'avenir. Influencé par l'exemple de Gandhi, mais ne le suivant pas dans ses méthodes, il se convertit publiquement au bouddhisme, apprit la langue cingalaise, adopta le costume national : attitude qui lui valut une grande popularité dans les milieux ruraux traditionalistes privés jusque-là d'expression politique, et une non moindre considération auprès de la bourgeoisie anglicisée ébranlée par une crise d'identité culturelle.

Tirant parti du prestige de sa famille, Bandaranaïke se constitua un réseau de liens de clientèle en province et créa en 1937 pour lui donner forme le Sinhala Maha Sabha, fédération aux tendances nationalistes. Au moment de l'indépendance qu'il devait dénoncer plus tard comme un simulacre, il maintint sa participation à un gouvernement soucieux de continuité, puis rompit en 1951 avec l'United National Party (U.N.P.) au pouvoir et constitua sa propre formation, le Sri Lanka Freedom Party, qui obtint des résultats modestes aux élections de 1952.

Mais les échecs de l'administration U.N.P. facilitèrent sa tâche et, tirant parti de ses appuis dans les milieux ruraux traditionalistes et de la crainte qu'éprouvaient les milieux dirigeants d'un monopole de l'opposition pour la gauche marxiste, il conduisit à la victoire en 1956 une coalition qui rassemblait les fervents d'une renaissance cingalaise, des parvenus opportunistes et quelques progressistes animés par des convictions socialistes et anti-impérialistes.

Devenu Premier ministre, Bandaranaïke s'efforça de tenir la balance égale entre ces deux tendances hétérogènes, menant une politique limitée de nationalisations, tentant une réforme agraire et faisant du cingalais la seule langue nationale. La montée des tensions entre Cingalais et Tamouls, que sa campagne électorale avait contribué à susciter, ne lui laissa pas les moyens de poursuivre un projet politique cohérent. Paralysé par ses appuis, plus intelligent que résolu, il ne parvint pas à mettre à temps un terme aux violences raciales de 1958, et les contradictions entre la gauche et la droite de son organisation réduisirent la crédibilité de son gouvernement.

Le 26 septembre 1959 il succomba aux coups d'un jeune médecin ayurvédique armé par un groupe ultra dont les douteux trafics tenaient plus de place que les convictions bouddhistes et entra ainsi dans la légende. Malgré ses échecs, il devint le symbole de la renaissance cingalaise et de la défense des humbles.

Sépulture de Solomon Bandaranaike

Photographie : Sépulture de Solomon Bandaranaike

Des enfants prient devant la sépulture du Premier ministre Solomon Bandaranaike (1899-1959). Converti au bouddhisme et très populaire dans les milieux ruraux, il fut assassiné et entra dans la légende de Ceylan (Sri Lanka depuis 1972). 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et civilisation de l'Asie du Sud à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  BANDARANAIKE SOLOMON WEST RIDGEWAY DIAS (1899-1959)  » est également traité dans :

BANDARANAIKE SIRIMAVO (1916-2000)

  • Écrit par 
  • Nira WICKRAMASINGHE
  •  • 621 mots

Sirimavo Ratwatte Dias Bandaranaike est née le 17 avril 1916 à Ratnapura, dans le sud de l'île de Ceylan. À la tête du Parti de la liberté de Sri Lanka (S.L.F.P.), elle devient en 1960 la première femme au monde chef de gouvernement. Elle occupe ce poste jusqu'en 1965 et, de nouveau, de 1970 à 1977 puis de 1994 à 2000. Issue d'une famille cinghalaise aristocratique du Haut Pays, elle épouse en 1 […] Lire la suite

BANDARANAIKE KUMARATUNGA CHANDRIKA (1945- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 670 mots

Membre d'une famille politique influente au Sri Lanka, Chandrika Bandaranaike Kumaratunga fut la première femme à présider le pays, de 1994 à 2005. Née le 29 juin 1945 à Colombo, dans l'île de Ceylan (auj. Sri Lanka), Chandrika Bandaranaike est la fille de deux anciens Premiers ministres. Son père, S.W.R.D. Bandaranaike, fondateur du Parti de la liberté de Sri Lanka (socialiste) dirigea le gouver […] Lire la suite

SRI LANKA

  • Écrit par 
  • Osmund BOPEARACHCHI, 
  • Delon MADAVAN, 
  • Éric MEYER, 
  • Édith PARLIER-RENAULT
  •  • 21 644 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les conservateurs au pouvoir (1948-1956) »  : […] D. S.  Senanayake, le Premier ministre, est l'homme de la continuité ; il jouit de l'appui des pays occidentaux, des classes possédantes locales, et d'une grande popularité auprès de la paysannerie grâce aux travaux d'irrigation qu'il a fait entreprendre alors qu'il était ministre de l'Agriculture et grâce à la politique sociale (distribution de denrées de première nécessité, équipements scolaire […] Lire la suite

TAMOUL SÉPARATISME, Sri Lanka

  • Écrit par 
  • Nira WICKRAMASINGHE
  • , Universalis
  •  • 1 865 mots

Dans le chapitre « La situation avant 1980 »  : […] Jusque dans les années 1950, une forme de coopération existe entre les bourgeoisies tamoule et cinghalaise, toutes deux anglophones, qui jouissent d'un traitement de faveur. Mais après l'arrivée au pouvoir de S.W.R.D. Bandaranaike, chef du Parti de la Liberté du Sri Lanka (S.L.F.P.), dont le programme exalte la religion bouddhiste, ainsi que la langue et la culture cinghalaises, les violences ent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric MEYER, « BANDARANAIKE SOLOMON WEST RIDGEWAY DIAS - (1899-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/solomon-west-ridgeway-dias-bandaranaike/