SMIRKE sir ROBERT (1780-1867)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte britannique, Smirke est l'un de ceux qui ont introduit le néo-dorique dans l'architecture anglaise. Fils de peintre, il visite la France, l'Italie et la Grèce. Le théâtre de Covent Garden (1804) et les porches de la Monnaie de Londres (1809) le rendent célèbre. Son architecture un peu uniforme impressionne par l'aspect compact des volumes et l'effet de stabilité des colonnes doriques. Reconnu pour ses compétences de constructeur, il dirige — avec Soane et Nash — le Board of Works chargé des travaux qui font alors de Londres une capitale néo-classique. Deux réalisations (employant l'ordre ionique) ont consacré son influence : le General Post Office bâti en 1824 (disparu) et surtout le British Museum,-construit de 1823 à 1847, dont les structures de fonte sont masquées par une imposante enveloppe de parois de pierre et de colonnades.

—  Jean-Pierre MOUILLESEAUX

Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification


Autres références

«  SMIRKE sir ROBERT (1780-1867)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a priori reposant à la fois sur un idéal évolutionnis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/#i_94160

HOPE THOMAS, dit ANASTASIUS (1770 env.-1831)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 647 mots
  •  • 1 média

Le nom de Thomas Hope reste attaché au mouvement spécifiquement anglais du Greek Revival. Ce terme ne désigne pas un simple retour à des formes antiques plus ou moins indifférenciées, comme c'était le cas depuis plus d'un demi-siècle déjà, mais une véritable doctrine que l'on peut dater de 1804, année où Thomas Hope publia un virulent pamphlet contre le projet de James Wyatt pour le Downing Colleg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hope/#i_94160

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « SMIRKE sir ROBERT - (1780-1867) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/smirke-sir-robert/