Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOUSTIER SITE PRÉHISTORIQUE DU, Dordogne

Un squelette presque intact

Le Moustier, Dordogne

Le Moustier, Dordogne

Le Moustier 2 est l'un des Néandertaliens parmi les mieux conservés, y compris les adultes. Mais le fait que ce soit un nouveau-né rend moins impressionnant son squelette « mis à plat ». En fonction de son âge au moment du décès – entre la naissance, selon l'estimation de sa stature, et quatre mois selon la calcification des germes de ses dents de lait – un seul autre fossile, le Néandertalien Mezmaiskaya 1 (Caucase, Russie), serait aussi bien préservé.

Le squelette du Moustier 2 présente de nombreuses caractéristiques qui le distinguent des nouveau-nés actuels mais le rapprochent des Néandertaliens immatures ou adultes. Cela est vrai aussi bien pour le squelette crânien que pour le squelette post-crânien. Il s'agit, par exemple, de sa face qui est déjà sans dépression infra-orbitaire, de sa suture prémaxillaire bien ouverte et associée à deux sinus interincisifs, de ses os nasaux qui sont verticaux à la racine puis presque horizontaux, de son os zygomatique très court, de ses incisives de lait qui ont une couronne bi-convexe sur une face et une forme de pelle sur la face opposée. L'angle postérieur des côtes indique un tronc très large. La courbure médio-latérale du radius, les proportions des phalanges du pouce sont identiques à celles des Néandertaliens adultes. Enfin la massivité des os, l'épaisseur de l'os compact des diaphyses, sont sans commune mesure avec ce que l'on peut observer sur des périnataux actuels.

En raison de son très jeune âge, toutes les caractéristiques biologiques du Moustier 2 sont directement la conséquence de l'expression de ses gènes. Elles traduisent donc l'existence de différences génétiques fortes entre ce Néandertalien et les nouveau-nés actuels. Cela va dans le sens des résultats obtenus à partir de l'étude de l'ADN mitochondrial des Néandertaliens. Mais un des intérêts de l'étude des caractéristiques du Moustier 2 est qu'elle nous permet de discuter l'expression de son ADN nucléaire. L'étude des traits propres aux Néandertaliens, déjà présents sur le squelette du Moustier 2, sera très riche en enseignements nouveaux sur les processus de croissance de ces hommes fossiles.

— Bruno MAUREILLE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au CNRS, directeur du département de sciences archéologiques de l'université de Bordeaux

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Le Moustier, Dordogne

Le Moustier, Dordogne

Voir aussi