GLASHOW SHELDON LEE (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 5 décembre 1932 à Manhattan, Sheldon Lee Glashow est le fils de juifs russes émigrés au début du xxe siècle. Après des études à New York (à la Bronx High School) puis à l'université Cornell, il soutint sa thèse en 1959 à Harvard. Après des séjours de durées diverses au Cern à Genève, au Caltech de Pasadena et dans les universités Stanford et de Berkeley en Californie, il devint professeur à Harvard en 1967.

Les années 1950 et 1960 virent se développer une intense activité destinée à consevoir une théorie unifiée des interactions fondamentales. Dès 1954, Chen Nin Yang et Robert Mills, du laboratoire de Brookhaven près de New York, ouvraient la voie à la description moderne en généralisant le principe d'invariance de jauge de l'électrodynamique quantique à des groupes non commutatifs. En 1961, Glashow proposa que le groupe produit SU(2)×U(1) décrive l'interaction électrofaible et que le photon soit issu du mélange quantique des deux bosons de jauge électriquement neutres liés à un tel groupe de symétrie. L'adjonction à ce modèle d'un mécanisme de brisure spontanée de symétrie par Abdus Salam et Steven Weinberg en 1967 allait donner naissance à la théorie actuelle dite « standard ». Le prix Nobel de physique 1979 récompensa Glashow, Salam et Weinberg pour cette théorie dont les confirmations expérimentales ne manquent pas.

En 1964, Glashow et son collaborateur James Bjorken prédirent l'existence d'un quatrième quark qu'ils nommèrent c (pour charme) ; avec John Iliopoulos et Luciano Maiani, il montra en 1970 qu'un tel quark devait nécessairement avoir une masse de l'ordre de deux fois celle du proton ; la mise en évidence du charme en 1974 valut le prix Nobel 1976 à Samuel Ting et Burton Richter, responsables des deux collaborations expérimentales ayant abouti à la découverte du premier état du charmonium.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  GLASHOW SHELDON LEE (1932- )  » est également traité dans :

WEINBERG STEVEN (1933- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 439 mots

Né le 3 mai 1933 à New York, Steven Weinberg fit ses études à New York puis à l'université Cornell (dans l'État de New York) et soutint, en 1957 à Princeton, sa thèse sur les effets de l'interaction forte dans les processus dominés par l'interaction faible. Chercheur à l'université de Californie à Berkeley de 1959 à 1966, il s'intéressa à de multiples problèmes en théorie quantique des champs, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steven-weinberg/#i_85782

FORMULATION DE LA THÉORIE ÉLECTROFAIBLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 167 mots

En 1967, Steven Weinberg et Abdus Salam parviennent de façon indépendante à unifier en une seule théorie l'électromagnétisme et l'interaction nucléaire faible. Dans une remarquable synthèse de nombreux travaux théoriques antérieurs (en particulier ceux de Sheldon Glashow), Weinberg et Salam proposent que ces deux forces soient issues d'une même interaction électrofaible dont le vecteur est un trip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formulation-de-la-theorie-electrofaible/#i_85782

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « GLASHOW SHELDON LEE (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sheldon-lee-glashow/