FORMULATION DE LA THÉORIE ÉLECTROFAIBLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1967, Steven Weinberg et Abdus Salam parviennent de façon indépendante à unifier en une seule théorie l'électromagnétisme et l'interaction nucléaire faible. Dans une remarquable synthèse de nombreux travaux théoriques antérieurs (en particulier ceux de Sheldon Glashow), Weinberg et Salam proposent que ces deux forces soient issues d'une même interaction électrofaible dont le vecteur est un triplet de bosons (notés W+, W et Z) et le photon. La masse élevée des nouveaux bosons est expliquée par un subtil mécanisme de brisure spontanée de symétrie. Cette théorie est confirmée en 1983 par la production des bosons W et Z dans les collisions de protons sur des antiprotons au Cern de Genève. L'analyse fine des caractéristiques du boson Z grâce au grand collisionneur électron-positon (le LEP) du Cern à partir de 1989 a permis de vérifier les prédictions de cette théorie avec une précision remarquable.

—  Bernard PIRE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « FORMULATION DE LA THÉORIE ÉLECTROFAIBLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/formulation-de-la-theorie-electrofaible/