RICHTER BURTON (1931-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le physicien américain Burton Richter naît le 22 mars 1931 à New York. Il fait ses études supérieures au Massachusetts Institute of Technology et y soutient sa thèse en 1956 sur la photoproduction de mésons π dans une expérience réalisée auprès de l'accélérateur de particules du laboratoire de Brookhaven, près de New York. Il rejoint alors le laboratoire de physique des hautes énergies de l'université Stanford, en Californie, et participe, sous la direction de Gerard O'Neill, à la construction du premier grand collisionneur à électrons de 500 MeV d'énergie par faisceau. Les difficultés techniques s'accumulent mais les enseignements tirés de ce premier essai (et des efforts des équipes italienne à Frascati et russe à Novossibirsk) permettent aux physiciens de maîtriser progressivement les instabilités des faisceaux et divers autres problèmes technologiques.

Burton Richter

Burton Richter

photographie

Physicien américain, Burton Richter (1931-2018), photographié ici en 1983 dans une salle de contrôle de l'accélérateur linéaire SLAC (Stanford Linear Accelerator Center) de Californie, avait reçu en 1976, avec Samuel Ting, le prix Nobel de physique pour ses travaux et expériences ayant... 

Crédits : Kevin Fleming/ Corbis/ Getty Images

Afficher

À partir de 1963, Richter dirige le petit groupe chargé de la conception d'un anneau de collision électron-positon associé à l'accélérateur linéaire de 3,2 kilomètres de longueur du Stanford Linear Accelerator Center (SLAC). Après bien des retards budgétaires, la construction de l'anneau fut achevée en vingt et un mois, et un ensemble de détection magnétique lui fut adjoint grâce à la collaboration de physiciens de l'université de Californie à Berkeley. La prise de données commence à l'automne de 1973 ; en quelques mois, il apparaît clairement qu'une nouvelle particule aux propriétés caractéristiques est abondamment formée lorsque l'énergie du système électron-positon prend une valeur légèrement supérieure à 3 GeV. Ce même état est découvert presque simultanément dans des expériences de collision entre protons par l'équipe menée par Samuel Ting au laboratoire de Brookhaven. La particule, nommée J/ψ, se révèle bientôt formée d'un quark d'un nouveau type (appelé c pour charme) et de son antiquark. Deux ans plus tard, des particules portant le nouveau nombre quantique de charme sont découvertes par l'équipe de Richter. Ces résultats valent à Richter et à Ting de recevoir le prix Nobel de physique en 1976.

Directeur du SLAC de 1984 à 1999, Richter impulse les recherches menant au premier collisionneur linéaire électron-positon, qui fonctionne à partir de 1990 à une énergie totale de quelque 100 GeV et permet de poser les premiers jalons sur la difficile route devant mener aux collisionneurs linéaires de très haute énergie. Richter a également siégé à partir de 1996 au conseil d'administration des Scientists and Engineers for America, une organisation axée sur la promotion de la science et de la technique aux États-Unis. Il meurt le 18 juillet 2018.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  RICHTER BURTON (1931-2018)  » est également traité dans :

PERL MARTIN LEWIS (1927-2014)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 414 mots
  •  • 1 média

Né le 24 juin 1927 à New York, Martin Lewis Perl est le fils d'émigrés russes juifs établis à New York au début du xx e  siècle . Après des études de chimie à l'institut polytechnique de Brooklyn, interrompues pour cause de guerre par quelques mois passés en mer dans la marine marchande américaine et une année dans une caserne de Washington, il dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-lewis-perl/#i_85110

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « RICHTER BURTON - (1931-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burton-richter/