KOUNTCHÉ SEYNI (1931-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République du Niger, Seyni Kountché est né le 31 juillet 1931 à Fandou, localité du Niger occidental située à une centaine de kilomètres de Niamey. Il est issu d'une famille de chefs coutumiers de la tribu Gabda, rameau du peuple Djerma, qui, au xve siècle, fonda l'ancien empire de Gao. Il embrassa le métier des armes très tôt, puisque, à treize ans, après des études primaires à Filingué, il entrait à l'école des enfants de troupe de Kati, au Mali, puis, en 1947, à celle de Saint-Louis du Sénégal. Il s'engagea dans l'armée française en 1949 et servit en Algérie et en Indochine. En 1957, il fut admis, avec le grade de sergent-chef, à l'École de formation des officiers de Fréjus (E.F.O.R.T.O.M.). Il en sortit sous-lieutenant, le 1er octobre 1959. Rentré au Niger en 1960, année de l'indépendance, il fut transféré dans l'armée nigérienne, le 3 août 1961. Il devait y faire une carrière sans histoire. Durant cinq ans, il mena la vie de garnison à Zinder et à Agadès.

Après un stage à l'école d'état-major à Paris, en 1965-1966, Seyni Kountché fut nommé, le 15 août 1966, adjoint au chef d'état-major des Forces armées nigériennes, fonction qu'il occupa jusqu'au 5 juillet 1973, date à laquelle il accéda au poste clé de chef d'état-major, avec le grade de lieutenant-colonel (l'armée nigérienne, à l'époque, ne comportait pas de généraux...).

Dès février 1973, la situation politique du pays devint menaçante. Sous l'effet de la crise agricole et alimentaire due à la sécheresse qui sévissait depuis plusieurs mois, les tares de l'ancien régime parurent insupportables à de larges couches de la population.

Le mouvement de contestation partit des lycées et centres universitaires. Les sanctions sévères prises pendant l'été à l'égard des professeurs et élèves n'empêchèrent point une grève des cours qui dura d'octobre 1973 à janvier 1974. Les militaires adressèrent alors un avertissement au pouvoir en place, devant le caractère catastrophique de la situation que les autorités civiles discréditées ne parvenaient plus du tout à maîtriser. Dans la nuit du 14 au 15 avril 1974, Seyni Kountché décida d'exécuter un plan d'action préparé depuis quelques semaines. Avec une facilité déconcertante, le président Diori, ses ministres, les dirigeants du parti unique furent immédiatement appréhendés et assignés à résidence. Toutefois, quelques personnalités, dans un sursaut de résistance aux prétoriens, perdirent la vie, notamment l'épouse, détestée par les opposants, de l'ancien chef de l'État. Le nouveau maître justifia son intervention en reprenant à son compte les griefs de la jeunesse, stigmatisant « l'injustice, l'égoïsme et l'indifférence du régime précédent à l'égard du peuple ».

Dans ces événements décisifs, Seyni Kountché s'imposa par des qualités qui allaient assurer sa pérennité à la tête de l'État et de l'armée : le sérieux, la rigueur, le secret, le goût de l'action directe. Dès le départ, il ne laissa à l'ancien pouvoir aucun espoir de retour : la Constitution parlementaire fut suspendue sine die, l'Assemblée nationale dissoute, les organisations politiques et syndicales supprimées. La réalité du pouvoir appartint désormais au Conseil militaire suprême et à son président, Seyni Kountché lui-même, cumulant en outre les fonctions de chef de l'État, de ministre de la Défense et de l'Intérieur. Toutefois, un gouvernement de techniciens était aussi formé pour gérer le pays, dans lequel des jeunes civils prirent place aussitôt.

Les objectifs de la politique suivie par Seyni Kountché lui furent dictés par les données de la crise : atteindre et maintenir l'autosuffisance alimentaire, mobiliser toutes les forces nationales et l'assistance internationale en vue du développement, assurer l'indépendance et l'intégrité territoriale d'un pays composite et disproportionné, dominé par des déséquilibres de toute nature. Les obstacles se multiplièrent sur la route du nouveau président : effondrement du cours de l'uranium, recrudescence de la sécheresse en 1983-1984, troubles politiques dans les populations touareg du Nord influencées par la propagande de la Libye du colonel Kadhafi et sensibles aux thèmes de l'intégrisme musulman. La méthode du chef de l'État fut faite de ténacité, de pragmatisme et de fermeté. La corruption, le laxisme, le désordre furent combattus sans relâche, avec une grande énergie. L'activité infatigable du président, partout présent sur le terrain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé des Facultés de droit, professeur à l'université de Montpellier-I

Classification

Autres références

«  KOUNTCHÉ SEYNI (1931-1987)  » est également traité dans :

DIORI HAMANI (1916-1989)

  • Écrit par 
  • Bernard NANTET
  •  • 966 mots

Premier président du Niger indépendant, Hamani Diori est né en 1916, dans le village zerma de Soudouré, au bord du Niger, près de Niamey. Cette région, où le souvenir de l'équipée meurtrière de la colonne Voulet-Chanoine est resté vif dans la population, a fourni plusieurs lots de « tirailleurs sénégalais » destinés aux champs de bataille européens. Après l'école normale William-Ponty de Dakar qu […] Lire la suite

MAÏNASSARA IBRAHIM BARÉ (1949-1999)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

Homme d'État nigérien, né le 9 mai 1949 à Maradi (Afrique-Occidentale française), mort le 9 avril 1999 à Niamey (Niger). D'origine haoussa, Ibrahim Baré Maïnassara s'engage dans l'armée en 1970 et, trois ans plus tard, devient aide de camp du président Seyni Kountché. Fidèle à son supérieur, Maïnassara est nommé commandant de la garde présidentielle en 1976, avant de prendre la tête de la presti […] Lire la suite

NIGER

  • Écrit par 
  • Mamoudou GAZIBO, 
  • Sadou GAZIBO, 
  • Emmanuel GRÉGOIRE
  • , Universalis
  •  • 7 489 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du régime militaire à l'éphémère deuxième République : 1974-1991 »  : […] Figure dominante de la scène politique nigérienne depuis la période coloniale, le président Diori réussit à s'imposer dans les instances internationales, entretenant d'excellentes relations avec la plupart des pays de la région, mais en particulier avec Félix Houphouët-Boigny, président de la Côte d'Ivoire. Quelques tensions liées à des contentieux territoriaux apparurent avec la Libye au sujet du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert APOLLIS, « KOUNTCHÉ SEYNI - (1931-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/seyni-kountche/