SEUIL, physiologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est la valeur de l'intensité d'un excitant en dessous de laquelle il cesse d'être efficace. Un stimulus d'intensité inférieure au seuil est dit infraliminaire. Lorsque le stimulus a une intensité supérieure à celle du seuil, il est dit supraliminaire. Un stimulus est liminaire lorsqu'il a la valeur seuil.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEUIL, physiologie  » est également traité dans :

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques fonctionnelles des fibres afférentes »  : […] Ces fibres sont les axones des neurones de type I, dont les corps cellulaires constituent l'essentiel du ganglion spiral de Corti. Les axones des neurones de type II, non myélinisés, ont un diamètre tel que, même avec des microélectrodes très fines, il est très difficile d'étudier leur activité. Ce n'est pas le cas des neurones de type I dont le diamètre de l'axone varie de 3 à 5 microns et l'on […] Lire la suite

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Aire d'audition, sonie et hauteur des sons purs »  : […] En ce qui concerne l'intensité sonore, l'aire d'audition de l'homme est comprise entre le seuil d'audition (niveau minimal que doivent avoir les sons pour être juste audibles) et le seuil de douleur. En ce qui concerne la fréquence, l'être humain est capable d'entendre des sons ayant des fréquences aussi basses que 16 Hz et aussi hautes que 20 kHz (soit 10 octaves). La limite supérieure des fréq […] Lire la suite

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fibres afférentes »  : […] Les messages nociceptifs sont acheminés en direction des centres nerveux (afférence) par des fibres nerveuses de fin diamètre : fibres myélinisées (protégées par une gaine de myéline) A delta et fibres C amyéliniques. En appliquant à un nerf des stimulations électriques d'intensité croissante, on observe qu'une stimulation de faible intensité, qui active les afférences de gros diamètre (A alph […] Lire la suite

ESTOMAC

  • Écrit par 
  • Miguel LEWIN
  •  • 4 215 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Fonctions mécaniques de l'estomac »  : […] La capacité de l'estomac de retenir, malaxer et expulser les aliments est due à l'activité contractile d'un important appareil de fibres musculaires. Comme dans le reste du tube digestif, ces fibres sont organisées en deux couches superposées, longitudinales et circulaires, permettant tous les mouvements possibles. Le tissu musculaire est très développé dans la partie basse de l'estomac (antre) q […] Lire la suite

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

Dans le chapitre « L'excitabilité et les systèmes excitables »  : […] L'excitabilité (ou l' irritabilité) est, au sens large, une propriété commune à tous les objets vivants. Dire que ceux-ci réagissent conformément à leur nature peut être pris pour l'énoncé d'une évidence, mais ce qu'on souligne ainsi est pourtant fondamental : les objets vivants (cellules, tissus, organes) réagissent autrement que la plupart des objets non vivants qui ne font que transmettre et t […] Lire la suite

GUSTATION

  • Écrit par 
  • Matty CHIVA
  •  • 4 811 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sensation gustative et troubles des conduites alimentaires »  : […] Les troubles affectant les conduites alimentaires sont habituellement considérés comme ayant une origine psychogène (mis à part les cas où une affection organique peut en être responsable directement). Or il apparaît actuellement que la sensibilité gustative aurait, elle aussi, un rôle dans leur apparition. Fischer et ses collaborateurs (1961) ont étudié corrélativement les aversions alimentaires […] Lire la suite

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 918 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Excitabilité »  : […] L 'excitabilité est la faculté d'une cellule ou d'un tissu vivants de répondre par une modification spécifique à une modification brusque du milieu extérieur capable de réaliser une excitation . Pour le tissu musculaire, cette réponse est la contraction. Il existe plusieurs sortes d'excitants du muscle : – un excitant naturel, l' influx nerveux, transmis au muscle par son nerf moteur et qui provoq […] Lire la suite

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'intégration de l'information par le neurone »  : […] Si on considère que la transmission de l'information nécessite la production de potentiels d'action au niveau du neurone postsynaptique, le facteur déterminant n'est pas l'amplitude des potentiels postsynaptiques isolés qui sont produits au niveau des dendrites et du corps cellulaire de ce neurone mais bien plus leur somme algébrique intégrée au niveau du segment initial de l'axone, là où seront é […] Lire la suite

SENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 8 919 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les méthodes expérimentales »  : […] Chez l'Homme, cette tâche est facilitée par l'utilisation du langage, car le sujet témoigne : « je vois une lueur », « j'entends un sifflement », « je sens l'odeur de camphre »... Chez l'animal, dans certains cas, l'entrée peut être objectivée par une sortie réflexe facile à observer (contraction pupillaire, réflexe de grattage, réflexe optomoteur de nombreux Vertébrés et Arthropodes, réflexe de d […] Lire la suite

SOMESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés générales des récepteurs »  : […] Un certain nombre de ces propriétés et des caractères du message sont identiques à ceux d'autres terminaisons. On peut ainsi établir tout d'abord la notion de seuil  : celle-ci signifie que des influx nerveux ne partent dans une fibre venant d'une terminaison somesthésique que si l'intensité du stimulus est suffisante. Ces influx sont déclenchés par une dépolarisation électrique du récepteur lu […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chez le chat »  : […] Le critère le plus fidèle de l'éveil est la présence, au niveau du cortex cérébral (fig. 1), d'une activité électrique rapide et de bas voltage : c'est la réaction d'éveil (ou arousal reaction ). La plupart des structures sous-corticales (thalamus, tronc cérébral) présentent aussi une activité rapide, sauf l'hippocampe où l'on recueille une activité plus lente : rythme thêta à 4 ou 7 c/s (cycles p […] Lire la suite

SONS - Audiométrie

  • Écrit par 
  • André DIDIER
  •  • 3 398 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Sensibilité différentielle d'intensité »  : […] On appelle ainsi, pour une fréquence donnée, et pour une pression acoustique donnée p e , correspondant à une intensité acoustique I, la variation relative de pression Δ p e / p e ou d'intensité ΔI/I pour laquelle le système auditif perçoit un minimum discernable de sensation ΔS. Alors, à Δ p e / p e ou à ΔI/I correspond ΔS. La sensibilité différentielle du système auditif humain est à peu près […] Lire la suite

TOUT OU RIEN LOI DU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 162 mots

Ce phénomène propre aux fibres nerveuses et aux fibres musculaires striées prises isolément est lié aux caractéristiques des membranes excitables dont ces cellules sont entourées. Lorsqu'un stimulus dépasse une valeur minimale appelée seuil d'excitation , la membrane subit une dépolarisation locale entraînant le passage brutal du potentiel membranaire de son niveau de repos à son niveau d'activit […] Lire la suite

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Seuils de réponse »  : […] Lors de la détermination du seuil de visibilité de sujets humains adaptés à l'obscurité, on a montré que le caractère aléatoire de l'émission des photons par la source lumineuse entraînait des fluctuations dans les réponses du sujet et que les deux ordres de phénomènes étaient superposables et leur statistique conforme à la loi de Poisson. Des estimations faites en 1942 par Hecht Schlaer et Piren […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « SEUIL, physiologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seuil-physiologie/