SANTIAGO, Chili

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Santiago, la capitale du Chili, est située à l'intérieur des terres, alors que le Chili possède plus de 5 000 kilomètres de côtes et se définit comme une nation maritime. Fondée par l'Espagnol Pedro de Valdivia en 1541, Santiago se trouve dans une dépression intérieure, à une centaine de kilomètres de l'océan Pacifique, séparée par la cordillère de la Côte qui s'élève à plus de 2 000 mètres. La centralisation chilienne explique la croissance de la capitale : de 250 000 habitants vers 1900, la région métropolitaine de Santiago atteint 5,6 millions d'habitants en 2005, soit plus d'un tiers de la population nationale. Santiago combine cette concentration démographique avec celle des pouvoirs politique et économique. Elle est une métropole mondiale, dont la croissance ne va pas sans poser de problèmes.

Chili : carte administrative

Carte : Chili : carte administrative

Carte administrative du Chili. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Santiago, Chili

Photographie : Santiago, Chili

Santiago, la capitale du Chili, est située à 510 mètres d'altitude, dans la « vallée centrale », fossé tectonique qui court entre la cordillère des Andes, visible au second plan, culminant ici à plus de 5 000 mètres, et la cordillère de la Côte. 

Crédits : N. Hora/ Shutterstock

Afficher

Le site de Santiago est un bassin d'une altitude d'environ 600 mètres, s'inclinant d'est en ouest. Il est parcouru par le Mapocho, torrent descendant de la cordillère qui se jette dans le fleuve Maipo au pied de la colline (cerro) Santa Lucía, après avoir traversé la ville. Le Mapocho a commandé l'étirement de la ville d'est en ouest et sa rive sud a été la plus urbanisée.

Santiago se trouve à la fois au débouché de passages franchissant la cordillère des Andes, dont le plus utilisé est aujourd'hui celui dit du Christ Rédempteur, menant vers la ville argentine de Mendoza, et à la terminaison septentrionale de la vallée centrale qui s'étend au sud jusqu'à Puerto Montt. Ainsi, Santiago est bien située pour contrôler les différents flux commerciaux.

Ville de taille très modeste durant la période coloniale, Santiago n'en disposait pas moins de fonctions politiques en tant que capitale de la capitainerie générale du Chili. Elle a donc une place d'armes, quelques bâtiments officiels, et surtout des églises et des couvents. Mais la ville, endommagée par des tremblements de terre (1906, 1960, 2010), est reconstruite plusieurs fois.

Santiago prend son essor au xixe siècle en devenant la capitale politique du Chili indépendant. Des bâtiments publics sont construits par des architectes français et italiens, pour abriter les institutions de la nouvelle république. À la fin du xixe siècle, la ville est embellie selon le modèle haussmannien, le cerro Santa Lucía est transfomé en parc urbain. Parallèlement, dans les communes périphériques comme Providencia, les classes les plus aisées – notamment les étrangers – vivent dans des quartiers-jardins et se retrouvent dans des lieux de sociabilité exclusive (clubs et terrains de sport). Au sud, dans la vallée du Maipo, les grandes familles de l'oligarchie possèdent leurs domaines viticoles.

La ville connaît une croissance rapide à partir des années 1950, sous l'effet de l'exode rural et d'un accroissement naturel soutenu. Elle se traduit, au niveau spatial, par un étalement urbain considérable (l'espace bâti passe de 3 000 à 70 000 hectares), suivant l'axe de l'Alameda, la grande avenue centrale, réduisant ainsi fortement la densité moyenne (seulement 100 hab./km2). La suppression de la limite urbaine en 1979 a accentué l'urbanisation de nouvelles terres. Elle a également permis le développement des transports en commun (bus, taxis collectifs, métro) et l'ouverture progressive d'autoroutes urbaines à péage.

La répartition des groupes sociaux dans la ville a été profondément modifiée par le régime militaire (1973-1989). Les habitants des bidonvilles (poblaciones callampas) ont été déplacés vers des communes périphériques. De plus, en 1981, les municipes du grand Santiago sont passés de dix-sept à trente-quatre, sans que le gouvernement n'établisse de mécanismes de péréquation entre les communes, et favorisant explicitement l'homogénéité sociale dans chacune des communes créées. La ville est ainsi passée d'une situation de relative mixité sociale entre les quartiers à une ségrégation exacerbée, reléguant les pauvres dans les quartiers bas de l'ouest et du sud, et laissant les plus riches s'installer dans les quartiers en hauteur du secteur est, proches de la cordillère. Les classes moyennes, nombreuses, habitent les quartiers centraux et péricentraux, ainsi que des lotissements périphériques.

La ville bénéficie de l'implantation des administrations publiques, des ministères et des grandes entreprises, et joue le rôle de point de contact privilégié entre le pays et le reste du monde. Bien desservi par un aéroport très moderne, Santiago abrite le siège de la Commission économique pour l'Amérique latine dépendant des Nations unies (C.E.P.A.L), de grandes banques et reçoit un nombre croissant de congrès internationaux. Ces activités investissent la commune de Providencia, à l'est du centre historique, où un nouveau centre d'affaires avec de grands immeubles de bureaux est en plein développement.

Le principal problème de Santiago est la pollution, provoquée par les transports urbains, les embouteillages et l'inversion thermique qui bloque les fumées qu'aucun vent ne vient chasser. Malgré tous les efforts pour limiter la circulation automobile, améliorer les véhicules et déplacer les entreprises, le phénomène n'a pas été enrayé. Il affecte tous les Santiaguinos, mais surtout les plus pauvres vivant dans les quartiers les plus pollués ne disposant pas d'espaces verts. Le maintien de la stature internationale de Santiago passe, entre autres, par la résolution de ce problème.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Médias de l’article

Chili : carte administrative

Chili : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Santiago, Chili

Santiago, Chili
Crédits : N. Hora/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'Institut des Hautes études d'Amérique latine, Université de Paris III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  SANTIAGO, Chili  » est également traité dans :

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 439 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Santiago et la région centrale »  : […] Sur les 16,6 millions de Chiliens en 2009, la moitié vit dans la région métropolitaine de Santiago et les régions voisines de Valparaiso et du Libertador General Bernardo O'Higgins. Ensemble, ces trois régions contribuent à plus de la moitié du P.I.B. chilien. L'agglomération même de Santiago compte environ 6 millions d’habitants, très loin devant celles de Valparaíso-Viña del Mar (800 000 hab.) […] Lire la suite

LARRAÍN SERGIO (1931-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 362 mots

Le photographe chilien Sergio Larraín témoigna de la vie des rues de Santiago, notamment par ses portraits, d'une grande intensité, d'enfants vivant sur les rives du Mapocho. Il sut également capturer l'esprit de Londres à la fin des années 1950 à travers plusieurs séries de clichés. Sergio Larraín naît le 5 novembre 1931 à Santiago (Chili). Après avoir étudié la musique et la sylviculture aux Éta […] Lire la suite

Les derniers événements

18-30 octobre 2019 Chili. Mouvement de contestation.

Le 18, le président Sebastián Piñera décrète l’état d’urgence à Santiago à la suite des violentes manifestations qui s’y déroulent depuis l’annonce de l’augmentation du prix du ticket de métro, quelques jours plus tôt. Le 20, alors que la mobilisation se poursuit malgré l’annulation de la hausse annoncée, le chef de l’État déclare que le pays est « en guerre ». […] Lire la suite

23 janvier 2018 Commerce international. Accord sur la révision du Partenariat transpacifique.

Les onze membres du Partenariat transpacifique (Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam) réunis à Tokyo annoncent la conclusion d’un accord de principe sur la révision de l’accord commercial, un an après le retrait des États-Unis. Le nouveau Partenariat transpacifique global et progressiste sera signé le 8 mars à Santiago, au Chili. […] Lire la suite

4 août - 3 septembre 2011 Chili. Mouvement de contestation étudiant

Le 4, au terme d'une journée de manifestations d'étudiants dans la capitale et les grandes villes du pays réclamant un enseignement public et gratuit, plus de huit cents personnes sont interpellées. Il s'agit des manifestations les plus importantes depuis le retour de la démocratie en 1990. Appuyées par les syndicats de la fonction publique et du secteur minier, celles-ci illustrent l'étendue du mécontentement social à l'encontre du gouvernement du président Piñera, élu en janvier 2010. […] Lire la suite

9-15 septembre 2008 Bolivie. Difficile dialogue entre le gouvernement et l'opposition autonomiste

Le 15, réunis en sommet à Santiago du Chili, les dirigeants des douze pays de l'Union des nations sud-américaines créée en mai (Mercosur, Communauté andine, Chili, Guyana et Suriname) apportent leur «soutien ferme et total» au président Morales.  […] Lire la suite

10 décembre 2006 Chili. Mort de l'ancien dictateur Augusto Pinochet

L'ancien président Augusto Pinochet, au pouvoir de 1973 à 1990, meurt à Santiago. Les autorités annoncent leur refus de lui accorder des funérailles d'État et de décréter un deuil national. Le général recevra les honneurs militaires en sa qualité d'ancien commandant en chef de l'armée.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sébastien VELUT, « SANTIAGO, Chili », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/santiago-chili/