TRYPHON SALVIUS dit (mort en 102 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La seconde insurrection servile qui éclate en Sicile à partir de ~ 104 rassemble plus de 6 000 esclaves qui se sont donné pour roi un certain Salvius, joueur de flûte, selon Diodore de Sicile, et grand expert en sciences magiques. Salvius prétend que les dieux sont favorables à l'insurrection. Il soumet ses troupes à l'entraînement et à la discipline militaires et leur inculque le maniement des armes. Au cours des combats qui l'opposent aux armées romaines, Salvius garde toujours l'initiative et sait faire retraite avec souplesse quand la nécessité tactique l'exige. Il finit par s'emparer de la ville de Morgantia, célèbre sa victoire et prend le surnom de Tryphon. Il fait ensuite sa jonction avec d'autres esclaves révoltés dirigés par Athénion et devient le commandant en chef des armées d'esclaves. S'étant donné Triocala pour capitale, Tryphon revêt la toge sénatoriale, se fait précéder de licteurs et donne ainsi à son pouvoir toutes les marques de la légitimité. En ~ 102, Tryphon meurt de mort naturelle. Athénion qui lui succède résiste encore deux ans aux Romains avant de périr.

Grand psychologue, Tryphon a su utiliser la religion qui donne aux esclaves l'espérance ; grand stratège, il transforme des esclaves fugitifs en véritables soldats ; grand politique, Tryphon est aussi un modèle et un espoir pour nombre d'esclaves qui, en Italie, subissent l'injustice.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  TRYPHON SALVIUS dit (mort en 102 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ATHÉNION (mort en 101 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 393 mots

La Sicile, confisquée aux Carthaginois au lendemain de la seconde guerre punique, à la fin du ~ iii e  siècle, devient la proie des spéculateurs romains qui transforment les riches terres à blé en pâturages destinés à l'élevage extensif. Ils confient la garde du bétail à des esclaves auxquels ils ne fournissent ni la nourriture ni les vêtements. Une première révolte d'esclaves est réprimée en ~ 13 […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Sicile, province romaine sous la République »  : […] L'île fut considérée comme le grenier de Rome à qui elle fournit des céréales et bien d'autres produits, le plus souvent gratuitement, sous la forme d'un lourd impôt en nature. Les publicains, fermiers de l'impôt, exploitaient durement les contribuables. D'immenses domaines se constituaient, au profit de riches Romains ou d'aristocrates locaux ; ces latifundia étaient peuplés par de vastes populat […] Lire la suite

SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 250 mots

Dans le chapitre « L'apogée de l'esclavage et les grandes révoltes »  : […] L'esclavage antique était le fruit normal de la guerre, car le prisonnier de guerre devenait le plus souvent esclave. À partir du ii e  siècle avant J.-C., le nombre des esclaves augmenta considérablement en Italie, à cause des guerres de conquête. Les sources évoquent un immense bétail humain : 150 000 Épirotes asservis par Paul Émile en 167, 50 000 Carthaginois mis à l'encan par Scipion Émilien […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « TRYPHON SALVIUS dit (mort en 102 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvius-tryphon/