DI GIACOMO SALVATORE (1860-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Naples le 13 mars 1860, peu de mois avant la chute des derniers Bourbons, Salvatore Di Giacomo est sans aucun doute un élément essentiel du tournant que connaît la poésie italienne à la charnière du xixe et du xxe siècle, avec le plus jeune D'Annunzio et leur aîné Giovanni Pascoli. En effet, ces trois noms, symboliquement, évoquent chacun à sa manière les principales tendances de la poésie lyrique du xxe siècle en ce qu'elle affirme d'absolue subjectivité et de relative autonomie nationale. Ils sont présents, plus ou moins occultés ou revendiqués, dans la majeure « tradition » de la modernité telle que nous l'ont transmise Saba, Gozzano, Ungaretti, Montale, Betocchi, Quasimodo ou Sereni, et bien sûr du côté dialectal Giotti, Marin, Pasolini... La mémoire de la poésie, à l'égard de laquelle ils se montraient d'ailleurs si perceptifs, parfois jusqu'à la préciosité, ne saurait se passer de leurs œuvres, toujours agissantes par le choix d'écriture et bien souvent les thèmes de référence ; deux versants, comme chez Ungaretti, tout à fait inséparables et donnant pour Di Giacomo leur dignité aux mots du livre : « De souvenirs nous vivons. Peu à peu / devrons-nous devenir froide cendre, / mais toujours sous la cendre le feu / du temps disparu sera caché, tendre » (Avez-vous lu jamais..., 1888).

D'où, chez Di Giacomo, le choix du dialecte – dont aucune traduction ne saurait rendre compte – et l'alliance avec la chanson dite populaire – d'ancienne tradition, elle aussi, à Naples –, dès ses débuts dans le Courrier du matin local et pour la fête-festival de Piedigrotta (1882), en particulier avec le musicien Mario Costa. Le seul langage naturel, alors que la ville perdait à jamais son rang de capitale, restait celui du parler expressif, elliptique, secrètement gestuel, sans lourdeurs de dictionnaire ni syntaxe scolaire, de la foule napolitaine. D'où la volonté, encouragée par Benedetto Croce, de se rattacher à une mythologie simple, connue et de communication sûre, y compr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Charles VEGLIANTE, « DI GIACOMO SALVATORE - (1860-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvatore-di-giacomo/