SALVADOR, anc. BAHIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Brésil : carte physique

Brésil : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Salvador de Bahia

Salvador de Bahia
Crédits : Will & Deni Mc Intyre/ The Image Bank/ Getty Images

photographie


Ville du Brésil, capitale de l'État de Bahia, Salvador (anc. São Salvador ou Bahia) fut, pendant toute la période coloniale, une ville très importante et, jusqu'au xviiie siècle, la capitale du Brésil. Salvador fut fondée en 1549 par les Portugais dans la partie nord, particulièrement bien abritée, de la baie de Todos os Santos (baie de Tous-les-Saints). La ville comprend deux parties distinctes : la ville haute, site urbain initial inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'U.N.E.S.C.O., est restée le centre administratif, culturel (universités, musées) et religieux ; elle est séparée, par un escarpement d'une soixantaine de mètres, de la frange côtière, où se sont développées les fonctions portuaires et commerciales de la ville. Le fond de la baie, marécageux et insalubre, est devenu le lieu d'élection d'un très important habitat spontané, souvent semi-lacustre (immenses favelas sur pilotis, ou alagados) ; en revanche, au nord, le long des plages atlantiques, se sont développés des quartiers résidentiels et touristiques.

Brésil : carte physique

Brésil : carte physique

Carte

Carte physique du Brésil. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Salvador de Bahia

Salvador de Bahia

Photographie

Le vieux quartier colonial de Pelourinho à Salvador, capitale de l'État de Bahia, au Brésil. 

Crédits : Will & Deni Mc Intyre/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

À l'époque coloniale, Salvador dut, certes, sa fortune à sa fonction de capitale, qui en faisait le lieu de résidence du pouvoir portugais, mais surtout à sa fonction portuaire. La ville est en effet située au débouché de l'Est et du Nord-Est sucrier et elle devint le premier port exportateur de canne à sucre, puis un centre actif du commerce des esclaves lorsque, la main-d'œuvre indigène ne suffisant plus, les colons portugais organisèrent la traite des Noirs. Aussi Salvador était-elle déjà une grande ville de plus de 100 000 habitants à la fin du xixe siècle. Elle connut ensuite une phase relative de stagnation correspondant aux difficultés économiques de cette partie du Nord-Est brésilien, et son sous-développement alla en s'accentuant dans la première partie du xxe siècle. Aussi Salvador fut-elle choisie, tout comme Recife, par le Service d'aménagement du Nord-Est (S.U.D.E.N.E), comme deuxième pôle d'implantatio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SALVADOR, anc. BAHIA  » est également traité dans :

AMADO JORGE (1912-2001)

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI
  •  • 2 208 mots

Pour d'innombrables lecteurs, l'œuvre de ce romancier, traduite en plus de quarante langues, est devenue synonyme de Brésil. Ce succès lui vient d'un talent de conteur incomparable, qui est la clef de l'unité d'une production dont les accents ont évolué durant un demi-siècle de création. Depuis les récits nerveux et lyriques, directement impliqués dans le débat politique des années trente, jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-amado/#i_38138

BRÉSIL - Géographie

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 9 977 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Bahia, la baie de tous les saints »  : […] La Bahia constitue l'autre noyau historique du Nordeste, né autour de la première capitale de la colonie portugaise à partir de l'excellent mouillage de la vaste baie de Tous-les-Saints ( bahia de Todos os Santos ). À l'entrée de celle-ci fut édifiée la ville de Salvador (ou Bahia) , contrôlant la riche zone agricole du Reconcavo, où se déployaient les plantations de canne à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bresil-geographie/#i_38138

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 181 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnavals du Nouveau Monde »  : […] Au xvi e  siècle, le carnaval est passé avec armes et bagages outre-Atlantique, du fait de la colonisation des puissances catholiques, d'Espagne, du Portugal et de France ; les colons protestants anglais et néerlandais ont, en général, proscrit cette tradition jugée sulfureuse. L'opposition entre les mondes latin et anglo-saxon s'est maintenue jus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carnaval/#i_38138

JÉSUITE ART

  • Écrit par 
  • Pierre CHARPENTRAT
  •  • 2 287 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Géographie de l'art jésuite »  : […] Aux moments décisifs de l'évolution de l'art colonial mexicain, ce sont le clergé séculier et les ordres mendiants qui donnent les directives. Les jésuites au contraire dominent autour de La Plata et dans le Brésil du xvii e  siècle ; leur église de Bahia (1657) ouvre la grande époque de l'architecture brésilienne et lui fournit, en tirant toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-jesuite/#i_38138

SÃO FRANCISCO RÍO

  • Écrit par 
  • Concepción E. CASTAÑEDA, 
  • Kempton E. WEBB
  •  • 1 984 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Population et économie »  : […] Les premières incursions européennes au-delà de la côte et dans le bassin du São Francisco étaient destinées à capturer des esclaves parmi les peuples amérindiens. En dehors de l'installation de quelques fermes élevant du bétail, l'intérieur du pays fut délaissé jusqu'au xix e  siècle. Les études scientifiques menées dans le nord-est du Brésil à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rio-sao-francisco/#i_38138

Pour citer l’article

Michel ROCHEFORT, « SALVADOR, anc. BAHIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-bahia/