SALT LAKE CITY (JEUX OLYMPIQUES DE) [2002]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Salt Lake City n'est pas novice en matière de candidature à l'organisation des Jeux d'hiver : la métropole des mormons a multiplié les tentatives, mais toutes se sont soldées par un échec. Pour les Jeux de 1972, le C.I.O. lui préféra Sapporo ; dans l'optique des éditions de 1992 puis de 1994, elle n'a pas réussi à séduire le Comité olympique américain, qui choisit à chaque fois de présenter Anchorage ; en 1991, son dossier pour les Jeux de 1998 semblait très solide, mais Nagano, dont le dossier paraissait pourtant moins abouti, lui souffla de peu la victoire (quarante-six voix contre quarante-deux). Du 15 au 17 juin 1995, à l'occasion de la cent quatrième session du C.I.O. tenue à Budapest (Hongrie), Salt Lake City tente une nouvelle fois sa chance. Östersund (Suède), Sion (Suisse) et Québec (Canada) sont ses rivales. Le 16 juin, le résultat est sans appel et surprenant : pour la première fois depuis la désignation de Sapporo pour les Jeux de 1972, un seul tour de scrutin est nécessaire, Salt Lake City obtenant la majorité absolue (cinquante-quatre voix), alors qu'Östersund comme Sion réunissent quatorze suffrages, Québec seulement sept.

Le comité d'organisation (Salt Lake Olympic Committee, S.L.O.C.) se met au travail dès la fin de 1995. Mais, en décembre 1998, le Suisse Marc Hodler, vice-président du C.I.O., jette un pavé dans la mare olympique : il révèle que Salt Lake City a acheté les votes de plusieurs membres du C.I.O. La corruption est avérée, la communauté mormone se dit choquée par ces pratiques contraires aux principes religieux, Juan Antonio Samaranch, président du C.I.O., diligente une enquête... Dès le 8 janvier 1999, Frank Joklik, président du S.L.O.C., et Dave Johnson, vice-président, présentent leur démission. L'homme d'affaires Mitt Romney succède à Frank Joklik. Mais tout s'emballe : Deedee Corradini, maire de la ville depuis 1992, indique qu'elle ne briguera pas un nouveau mandat en 2000 ; Michael Leavitt, gouverneur de l'Utah, met en cause le C.I.O. Le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SALT LAKE CITY (JEUX OLYMPIQUES DE) [2002] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salt-lake-city-jeux-olympiques-de-2002-contexte-organisation-bilan/