SALIENS, religion romaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'activité guerrière dominait, de mars à octobre, une portion définie de l'année religieuse romaine correspondant à la saison primitivement réservée à ce type d'activité. En mars, sous la tutelle du dieu qui donnait son nom à ce mois, un ensemble de cérémonies visait à inspirer aux combattants sur le départ le délire sacré, le furor, requis par l'état particulier où ils entraient ; en octobre, une nouvelle série de rites, au retour des combattants, les désacralisait pour faciliter leur passage à la vie civile.

Deux équipes de prêtres spécialisés étaient chargées d'opérer ces transitions : les Saliens du Palatin, consacrés à Mars, assuraient l'ouverture de la saison guerrière ; les Saliens de la Colline, consacrés à Quirinus, intervenaient pour la clore. Les premiers opéraient le 19 mars, les seconds le 19 octobre. À ces deux dates, portant les ancilia (les douze boucliers bilobés dont onze étaient la fidèle reproduction d'un talisman tombé du ciel) qu'ils frappaient à coups de javelots, les Saliens parcouraient les rues de Rome en chantant un hymne propre à leur collège et en se livrant à une danse à trois temps, la tripudium. Leur intervention se limitait à cela. Mais le sens en était différent selon la date : le 19 mars, il s'agissait de « mettre les boucliers en mouvement » (« ancilia movere »), le 19 octobre de « ranger les boucliers » (« ancilia condere »). Aussi, l'équipe du mois de mars intervenait-elle au nom du dieu Mars, technicien des combats, celle d'octobre au nom de Quirinus, protecteur de la paix.

—  Jean-Paul BRISSON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SALIENS, religion romaine  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les desservants du culte »  : […] S'il est vrai que chaque culte est rendu au service d'une collectivité déterminée, le desservant, qui est le porte-parole du groupe et son intermédiaire en face des dieux, est naturellement le « chef » ( magister ) de celui-ci. Ainsi, le père de famille, chef de la maisonnée, est le desservant obligé du culte domestique ; ainsi, les chefs de curie ( curiones […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_22766

Pour citer l’article

Jean-Paul BRISSON, « SALIENS, religion romaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saliens-religion-romaine/