SALÉSIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres d'une société religieuse fondée par saint Jean Bosco et qui fut la plus importante des congrégations masculines apparues au xixe siècle. Jean Bosco (1815-1888), né dans une famille pauvre du Piémont, commença à s'occuper de la jeunesse presque aussitôt après son ordination sacerdotale (1841). Il donna le nom d'oratoire Saint-François-de-Sales à un groupement de jeunes ouvriers qu'il réunissait régulièrement, à Turin, pour les distraire et leur enseigner le catéchisme. Le succès immédiat de cette œuvre est dû aux remarquables qualités d'éducateur de don Bosco ; sans cesse renouvelées par l'expérience, les méthodes de celui-ci, fondées avant tout sur la confiance, ont fait de lui un véritable novateur en matière de pédagogie.

Il créa successivement des cours du soir (1844), un foyer d'apprentis (1847), une école secondaire (1848), des camps de vacances (1848), des cours professionnels (1853). Des livres pédagogiques, des brochures, des revues appuyaient et élargissaient cette action.

Toutes ces œuvres ont pour centre, depuis 1846, le quartier du Valdocco, à Turin, qui est devenu très vite une véritable cité éducatrice. L'idée d'une congrégation religieuse, que don Bosco conçut en 1855 avec deux collaborateurs, ne prit corps qu'en 1859 avec la création de la société Saint-François-de-Sales, dont le but était de soutenir et d'étendre les œuvres entreprises. Approuvée par le Saint-Siège en 1869, la congrégation se développa rapidement, en Piémont d'abord, et en Italie, puis, à partir de 1875, en France, en Argentine et ailleurs. Elle connut une expansion extraordinaire sous le gouvernement du premier successeur de don Bosco, don Michele Rua, qui fut supérieur général de 1888 à 1910. On comptait plus de 17 500 Salésiens en 1990, dont 420 en France et en Suisse romande.

Don Bosco, dont les idées pédagogiques essentielles se trouvent dans son Traité sur la méthode préventive en éducation (1876), fonda aussi l'institut des Filles de Marie-Auxiliatrice (1872), avec sœur Maria Domenica Mazzarello (morte en 1881), et la pieuse union des coopérateurs salésiens (1875), sorte de tiers ordre qui fut reconnu par Pie IX en 1876.

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SALÉSIENS  » est également traité dans :

JEAN BOSCO saint (1815-1888)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 375 mots

Prêtre italien, fondateur des Salésiens, saint Jean Bosco est l'un des grands éducateurs du xix e  siècle. Né à Castelnuovo d'Asti, en Piémont, il ne put faire d'études, sa famille étant très pauvre, qu'avec l'aide de bienfaiteurs ou avec l'argent qu'il avait gagné en travaillant. Ordonné prêtre en 1841, Jean Melchior Bosco fut dès lors appelé don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bosco/#i_49529

Pour citer l’article

André DUVAL, « SALÉSIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salesiens/