OUAGADOUGOU ROYAUME DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Mossi ont été à l'origine de plusieurs royaumes importants. Les royaumes Gourmantché, du Yatenga et de Ouagadougou sont ceux qui ont eu le plus grand rôle historique. Le royaume de Ouagadougou, situé dans l'actuel Burkina Faso, semble avoir été fondé vers 1220 par Oubri. Son histoire est relativement peu agitée ; c'est qu'il a été protégé par l'État du Yatenga contre les incursions des puissants voisins du Mali, du Songhaï et de Ségou. N'ayant pratiquement de frontières qu'avec les territoires peuplés de populations mossi ou apparentées, les moro-naba, ou souverains de Ouagadougou, ont eu une histoire relativement paisible. Profondément animiste, le royaume mossi ne subit qu'une pénétration limitée de l'islam à partir du xviiie siècle.

L'État mossi est puissamment structuré. Le moro-naba détient les pouvoirs politique et religieux. Il est élu par une assemblée de grands dignitaires de la cour et choisi parmi les fils ou frères du souverain défunt. Quatre ministres l'assistent : le ouidi-naba, chef de la cavalerie ; le gounga-naba, chef de l'infanterie ; le larhalé-naba, chef des tombeaux royaux ; le baloum-naba, intendant du palais. Le souverain vit au milieu d'une cour nombreuse et très hiérarchisée, au cérémonial compliqué.

Le royaume se subdivise en provinces, elles-mêmes divisées en fiefs dirigés par des kombéré, qui ont prêté serment au moro-naba. À leurs côtés se trouvent les nakomsé, véritable noblesse, exemptée de tout impôt et dépendant directement du moro-naba lui-même.

La société mossi a pour noyau le couple familial et sa descendance, vivant dans le yiri, groupe de cases disposées en cercle autour d'une cour. La religion mossi est dominée par le culte des morts, dont les cérémonies sont surtout domestiques et célébrées au sein de la famille. Remarquables cultivateurs, les Mossi n'avaient que l'usufruit de la terre, qui appartenait en droit au moro-naba et à ses vassaux, le moro-naba percevant une redevance annuelle sur les récoltes et sur les produits de la chasse. Le pouvoir centralisé, la paix et la sécurité intérieure ont préservé le pays mossi de la chasse aux esclaves qui a ruiné les régions voisines.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  OUAGADOUGOU ROYAUME DE  » est également traité dans :

BURKINA FASO

  • Écrit par 
  • Michel IZARD, 
  • René OTAYEK, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 7 345 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les royaumes moose »  : […] Un groupe de conquérants cavaliers, venus de l'est, parvint sans doute vers la fin du xiv e  siècle dans le nord du Ghana actuel et y établit progressivement sa domination : de cette conquête sont nés les royaumes mamprusi, dagomba et nanumba. C'est vers la fin du xv e  siècle que sont apparues le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burkina-faso/#i_34217

MOOSE ou MOSSI

  • Écrit par 
  • Michel IZARD
  •  • 2 894 mots

Dans le chapitre « L'histoire du Moogo »  : […] On a longtemps considéré que les Moose du bassin de la Volta Blanche se confondaient avec des cavaliers pillards apparus à partir du xiii e  siècle dans l'intérieur de la boucle du Niger et désignés sous le nom de « Mosi » dans deux chroniques de Tombouctou en langue arabe : le Tarikh el-fettach ( xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moose-mossi/#i_34217

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « OUAGADOUGOU ROYAUME DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-de-ouagadougou/