ROME ET LA GRANDE-GRÈCE(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • ive siècle avant notre ère Apogée de Tarente (avec notamment le gouvernement du pythagoricien Archytas) qui domine la Ligue italiote (regroupement des cités grecques d'Italie du Sud afin de résister à la pression des populations indigènes de l'intérieur).

  • — 343-— 338 Tarente fait appel au mercenaire spartiate Archidamos pour lutter contre les Lucaniens. Elle fera de nouveau appel à un chef de guerre étranger, en — 336, avec l'Épirote Alexandre le Molosse et, en — 303, avec le Spartiate Cléonyme.

  • — 302 Traité entre Rome et Tarente délimitant leur zone d'influence respective ; Rome n'a théoriquement pas accès au golfe de Tarente.

  • — 285 Thourioi appelle Rome pour l'aider dans sa lutte contre les Lucaniens et une garnison romaine s'y installe ; son exemple est suivi par Locres, Crotone puis Rhégion.

  • — 282 Incident naval entre Rome et Tarente : une escadre romaine pénétrant dans la baie de Tarente est capturée.

  • — 281 Les ambassadeurs romains sont mal accueillis par les Tarentins, ce qui provoque la guerre. Tarente fait appel à Pyrrhus, roi d'Épire.

  • — 280 Pyrrhus débarque à Tarente avec 25 000 hommes et 20 éléphants, se présentant comme le défenseur de l'hellénisme en Occident ; il défait une première fois les Romains à la bataille d'Héraclée.

  • — 279 Deuxième défaite des Romains, face au roi grec, à la bataille d'Ausculum ; l'importance des pertes dans les deux camps donnera naissance à l'expression « victoire à la Pyrrhus » ; Rome refuse de traiter.

  • — 278 Pyrrhus, appelé par les cités grecques d'Agrigente, Syracuse et Leontinoi, débarque en Sicile pour chasser les Carthaginois, espérant ainsi se constituer des forces suffisantes pour amener Rome à capituler ; accueil enthousiaste des Siciliotes (Grecs de Sicile). Renouvellement de l'alliance entre Rome et Carthage.

  • — 277 Pyrrhus repousse tous les Carthaginois de l'île dans la ville de Lilybée (Marsala), dont il ne parvient cependant pas à s'emparer.

  • — 276 Pyrrhus voulant porter la guerre en Afrique, sur le territoire même de Carthage, provoque le soulèvement de l'île par l'effort de guerre que la préparation de son expédition impose ; il regagne l'Italie.

  • — 275 Bataille de Bénévent : Pyrrhus est battu par les Romains ; il regagne l'Épire, son royaume étant menacé. Il rappelle l'année suivante les soldats qu'il avait laissés en garnison en Italie et mourra en — 272 au siège d'Argos, sans avoir pu revenir en Occident comme il le projetait.

  • — 273 Ptolémée II Philadelphe, roi d'Égypte allié de Pyrrhus, envoie à Rome une ambassade chargée de cadeaux.

  • — 272 Rome assiège Tarente, qui capitule, ainsi que les autres cités grecques d'Italie du Sud ; respectant leur autonomie interne, Rome devient la protectrice de l'hellénisme en Occident.

  • — 266 Rome soumet les Sallentins et les Messapiens ; désormais l'ensemble de la péninsule, à l'exception de la plaine du Pô, est sous domination romaine.

  • — 264 Rome débarque en Sicile : déclenchement de la première guerre punique contre Carthage.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Xavier LAPRAY, « ROME ET LA GRANDE-GRÈCE - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-la-grande-grece-reperes-chronologiques/