CASTRO ROLAND (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecte et urbaniste, Roland Castro, naît à Limoges, le 16 octobre 1940, de parents juifs originaires de Salonique. La famille s'établit à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1960, Roland Castro a vingt ans quand il visite La Havane. Il est marqué par un pays où, contrairement à l'U.R.S.S., le communisme semble se parer de couleurs festives. Il milite alors au sein de l'Union des étudiants communistes puis du Parti communiste français, dont il sera exclu en 1965.

S'il rejoint l'École des beaux-arts de Paris au début des années 1960, Roland Castro doute très vite du bien-fondé de son enseignement conservateur. Ainsi mène-t-il dès 1966 des actions de contestation de ce système jugé trop académique et développe-t-il avec quelques amis le concept de « retour à la ville », afin de contrer une conception désincarnée de l'architecture induite par une lecture erronée de l'idéal moderniste, alors fréquente chez les architectes des années 1960. Ce mouvement s'associera à la contestation de 1968 et aboutira à la mise à mal de ce qui était devenu un académisme architectural. Un an après les événements de Mai-68, Roland Castro, diplômé, fonde le mouvement d'inspiration maoïste Vive la Révolution.

Après la publication de quelques numéros de sa revue politique Tout ! (Ce que nous voulons) de 1970 à 1971, Roland Castro se recentre sur son métier d'architecte et devient professeur à l'École d'architecture de Paris-La Villette UP6, fraîchement créée afin de répondre à la crise du logement. Cette question sociale est majeure et, selon Castro, toute proposition spatiale doit lui être subordonnée. Il reprend à son compte le concept, formulé à la fin du xixe siècle et alors délaissé, de la cité-jardin, qui associe habitat individuel et collectif, équipements et espaces verts. En 1974, il est le lauréat du septième Plan Architecture nouvelle pour le projet « retour à la ville » de la rue de la Roquette à Paris.

Le nom de Roland Castro se lie rapidement à l'idée de refonte urbaine : il devient l'architecte des H.B.M. (habitations bon marché), Z.A.C. (zone d'aménagement concertée) et autres D.S.Q. (développement social des quartiers), autant de sigles destinés à restaurer les identités urbaines et la dignité des habitants. Possédant une conscience aiguë de la nécessité du plan en matière d'urbanisme, il s'appuie volontiers sur la pensée de Haussmann. Roland Castro souhaite rendre à la ville son caractère poétique et ludique. Après s'être rallié à François Mitterrand, il fonde en 1981 avec Michel Cantal-Dupart le laboratoire d'idées Banlieues 89 afin de donner un autre visage à la banlieue. En 1983, il est nommé chargé de mission auprès du Premier ministre pour les questions urbaines.

En 1989, le mouvement Banlieues 89 ouvre les assises de Bron durant lesquelles la création d'un ministère de la ville est annoncée. La même année, Roland Castro renouvelle le cadre urbain et architectural du quai de Rohan et de la barre d'habitations République (1996) à Lorient. Il est également nommé architecte en chef de la Z.A.C. Danton à Courbevoie au côté de Bernard Lamy. Depuis 1992, chargé de l'aménagement général du département des Hauts-de-Seine auprès de la SEM 92 (société d'économie mixte) dans le cadre d'un « plan de lutte contre la ségrégation urbaine », il transforme en profondeur le quartier de La Caravelle à Villeneuve-La-Garenne (1995).

Roland Castro a publié 1989 (1984), une autobiographie poétique, et Civilisation urbaine ou Barbarie (1994). En 1988, il s'associe avec l'architecte Sophie Denissof. Ils seront rejoints en 2005 par Silvia Casi.

L'architecture de Roland Castro s'appuie sur la courbe et la métaphore nautique pour casser la monotonie des bâtiments des années 1970. Ainsi de la barre Jean-Jacques-Rousseau Le Luth, à Gennevilliers (2000), où les façades latérales sont adoucies par des balcons ininterrompus dont la courbe et la couleur blanche évoquent la poupe d'un paquebot. Le remodelage du boulevard de la Liberté de Douchy-les-Mines (2001) offre à la ville un géo-symbole fort, le Beffroi, destiné à offrir une forte une dignité nouvelle à un quartier hier délaissé mais aujourd'hui central. Les barres de Douchy, de par leur hauteur, sont visibles à des kilomètres. Il s'agit de donner à ce quartier un aspect résidentiel, plus en conformité avec sa fonction d'habitat et d'espace de vie. Là encore, Rol [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : étudiant-chercheur à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  CASTRO ROLAND (1940- )  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 099 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Une région mieux partagée »  : […] Les réflexions récentes sur la notion de Grand Paris ont pris acte de la quasi impossible extension administrative de la capitale. Elles se fondent plutôt sur l'existence de continuités paysagères ou morphologiques, ou à l'inverse sur la mise en relation de situations urbaines fragmentaires. Il revient à l'étude menée de 1983 à 1989 dans le cadre de la mission Banlieue 89, dirigée par Roland Cast […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elsa COSSON, « CASTRO ROLAND (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-castro/