IKOR ROGER (1912-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À contre-courant de son époque, Roger Ikor se présentait volontiers comme l'héritier de Romain Rolland et l'apôtre du roman-fleuve. Accablant d'un même dédain la peinture abstraite et la musique sérielle, l'« architecture carrée » et Alain Robbe-Grillet, il est resté fidèle, comme son ami Gilbert Cesbron, à cette fiction réaliste, proche du témoignage, qui lui valut en 1981 le prix Balzac pour l'ensemble de son œuvre.

Moraliste sans dieu, homme de gauche rebelle aux chapelles politiques, Roger Ikor reconnaissait devoir à son père, émigré lituanien, son thème dominant : celui de la dignité humaine. Une dignité qui passe d'abord par la culture, première façon, pour le rescapé des pogroms tsaristes devenu photographe à Paris, de témoigner sa gratitude au pays qui a gracié Dreyfus. Lorsque Roger Ikor naît, le 28 mai 1912, son père s'est offert assez de répétiteurs pour entretenir son fils dans un véritable culte du savoir. Après des études classiques aux lycées Condorcet et Louis-le-Grand, Roger Ikor entre à l'École normale supérieure en 1934. L'année suivante, il est reçu à l'agrégation de grammaire. Professeur de français à Avignon de 1937 à la déclaration de guerre, il est mobilisé en 1939 comme officier de renseignements. Fait prisonnier à Lille en mai 1940, il sera détenu pendant cinq ans dans un oflag de Poméranie. Là, il fonde une organisation de résistance, dirige un journal clandestin, et réussit à s'évader peu avant la Libération. De retour en France, Roger Ikor enseigne dans plusieurs lycées parisiens. Nommé maître-assistant à la Sorbonne en 1969, il en devient professeur honoraire à partir de 1973. Très attaché à la pédagogie traditionnelle, il sera hostile à la contestation de mai 1968, même s'il prône le dialogue et s'interdit « les jugements pessimistes globaux sur les jeunes générations ».

Du roman à l'essai, du pamphlet au recueil de souvenirs, la marge est étroite, et l'inspiration de Roger Ikor est essentie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maîtrise de philosophie, critique littéraire, écrivain, romancière, auteur dramatique

Classification

Pour citer l’article

Nadine SAUTEL, « IKOR ROGER - (1912-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-ikor/