JAULIN ROBERT (1928-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Robert Jaulin – personnalité marquante de l'ethnologie contemporaine – reste paradoxalement en grande partie à découvrir. La portée de cette œuvre a été dans une large mesure masquée par les controverses incessantes qu'elle a suscitées, en s'inscrivant délibérément contre les canons de l'ethnologie classique et les intérêts qui y étaient liés.

On ne retient de lui – trop facilement – que ces controverses, et l'image sulfureuse qu'elles donnent d'une personnalité conflictuelle et marginale. On oublie ce qui en fonde et dépasse l'anecdote : le sens véritable d'une œuvre qui, si elle a été, à l'occasion et sans remords, combative et polémique par nécessité, s'est d'abord nourrie d'un amour inaltérable de la vie, d'une curiosité inextinguible du vivant. Une œuvre qui n'a pas seulement renouvelé profondément la démarche et la connaissance ethnologiques, mais qui a aussi, par les questions d'attitude et de méthode qu'elle a posées comme par la diversité et l'ampleur de ses préoccupations, excédé les limites d'une simple discipline et contribué à l'histoire plus générale de la pensée.

Ses premières recherches remarquées furent consacrées aux Sara, population du Tchad. Il découvrit ce qu'est une civilisation au quotidien : « Je voyais que la qualité de vivre est une fin, que cette fin n'est pas une invention individuelle, mais le fruit d'un ordre collectif, la donnée d'une alliance avec le monde. » Son partage de la quotidienneté allait naturellement le conduire à être initié. Cette expérience donna naissance à un livre saisissant : La Mort Sara. Il y décrit son initiation comme un partage d'univers et l'exemple d'un espace possible de communication et d'alliance. Il définit aussi cet acte d'alliance comme un acte politique d'opposition à la mascarade de ces élites noires qui s'emparaient des fauteuils encore chauds abandonnés par le pouvoir colonial.

Son travail chez les Sara fut aussi remarquable sur un autre point : l'analyse formelle de la structure du système divinatoire de ce peuple, sa géomancie. Recherche pointue, très élaborée, pas toujours simple à saisir. Ses opposants ont préféré nier cet aspect de son travail, qui les embarrassait. Pourtant cette recherche théorique parcourt l'œuvre de Robert Jaulin. La première édition de ce travail date de 1966. Il republiera ce texte de manière beaucoup plus développée en 1986.

Il renouvelle aussi sans cesse une question : Qu'est-ce donc que l'ethnologie, ses justifications, sa raison d'être ? Si son propos est de rendre compte des civilisations, peut-elle réellement y satisfaire en les traitant en objets inertes, et en se cantonnant face à elles dans une posture d'observation extérieure, au risque de projeter sur elles des catégories de représentation propres à la culture d'origine de l'ethnologue ? Peut-on exercer l'ethnologie sans se poser le problème de la rencontre entre civilisations différentes ? L'ethnologie peut-elle s'accomplir en restant insensible au sort des civilisations et à leur mort ?

À ses yeux, une civilisation n'est réductible à aucune autre. Manifestation du vivant, elle ne peut s'appréhender que dans le cadre de l'immédiateté de cette manifestation. L'attitude traditionnelle de l'ethnologue, simple observateur ou questionneur, est dès lors inopérante. Il lui faut s'associer personnellement et du dedans aux phénomènes dont il prétend rendre compte, entrer en relation de partage et de dialogue avec l'autre.

Poursuivant cette logique, Robert Jaulin en viendra à définir la notion d'ethnocide. Si le génocide définit l'extermination physique d'un groupe humain, l'ethnocide en décrit son extermination culturelle. Et cette extermination culturelle est souvent le fait d'une seule civilisation qui extermine toutes les autres : la civilisation occidentale. Il décrira ce processus dans un livre paru en 1970 : La Paix blanche. Il y montrera les pratiques coloniales d'un monde en fuite qui ne peut qu'emprunter ce qu'il appelle les « chemins du vide ». Ce livre initia le début d'un combat qui lui aliéna une partie des ethnologues. Dans la première édition du livre, l'auteur annonçait une réflexion sur l'Occident qui devait s'intituler « Hébreu et Pharaon ». Mais son engagement dans la lutte contre le monde colonial et pour la reconnaissance des sociétés indiennes devait le conduire à donner une forme plus p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII, directeur de l'U.F. d'anthropologie-ethnologie
  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII (U.F. d'anthropologie-ethnologie)

Classification

Autres références

«  JAULIN ROBERT (1928-1996)  » est également traité dans :

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « Géomancie et société »  : […] Ces confusions entre les deux systèmes ont perturbé, en grande partie, l'observation des techniques divinatoires géomantiques en Occident. En revanche, grâce à ses observations directes en Afrique, R. Jaulin, par l'analyse d'une figure « radicale » nommée El Jamā'a « l'Assemblée », a précisé son importante signification historique et sociologique. L'époque à laquelle apparut la géomancie en Afriq […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick DESHAYES, Roger RENAUD, « JAULIN ROBERT - (1928-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-jaulin/