DUNCAN ROBERT (1919-1988)

La naissance de Robert Duncan, à Oakland, le 7 janvier 1919, fut une tragédie. Septième enfant d'un manœuvre démuni, Robert Duncan causa, en naissant, la mort de sa mère. Sept mois plus tard, une famille sans enfants, les Symmes, l'adoptait. Nouvelle tragédie à l'âge de trois ans : le petit garçon court dans la neige vers sa mère adoptive ; il tombe, les lunettes qu'il porte se brisent : dorénavant sa vue sera faussée. De ces deux événements, le jeune poète fera sa légende : il transformera ce matériau biographique en défi. À cette transformation il faut donner, d'ores et déjà, une autre source : les parents adoptifs du petit Robert étant férus d'occultisme, son enfance se déroula parmi les « pronostications », les cartes et les tarots, au rythme des séances de la communauté hermétique d'Oakland.

L'université de Berkeley accueille Robert Symmes, alias Robert Duncan, en 1935. Premières expériences homosexuelles, abandon des études au bout de trois ans. En 1940, Duncan s'inscrit au Black Mountain College en Caroline du Nord. Expulsé, il passe les années de guerre à Manhattan, au contact des artistes européens réfugiés (André Breton, Tanguy...). C'est l'époque de sa « saison en enfer », marquée par une courte cure psychanalytique, une correspondance et une amitié bientôt suspendues avec Anaïs Nin. Appelé à l'armée en 1941, Symmes reprend son ancien patronyme et redevient — définitivement — Robert Duncan. Retour à l'université de Berkeley en 1943, mariage, emploi auprès des éditions Dell Publishing, publication en 1944 d'un article retentissant, L'Homosexuel et la société. La rencontre en 1945 de Kenneth Rexroth, poète et traducteur des littératures orientales, lance le mouvement qui aboutira à la San Francisco Renaissance des années 1950, couronnée par la lecture du Howl d'Allan Ginsberg. Avec l'aide de Jack Spicer, Willian Everson et Philip Lamantia, avec l'apport du mouvement anarchiste californien des Wobblies, les deux hommes créent les conditions de cette « renaissance » que les jeunes beatniks new-yorkais donneront un mo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUNCAN ROBERT (1919-1988)  » est également traité dans :

BEAT GENERATION

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 986 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un autre regard »  : […] Orchestré par le maestro Ginsberg, l'explosion beat fut un grand coup de cymbales : on découvrit San Francisco. Le retentissement, toutefois, n'aurait pas été si grand ni si durable s'il n'y avait pas déjà eu sur la côte ouest toute une activité culturelle que peuvent résumer rapidement les deux noms de Kenneth Rexroth et de Robert Duncan. Kenneth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beat-generation/#i_89956

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les Black Mountain »  : […] Plus que la tapageuse beat generation (dont on ne connaît en France que les poètes les moins intéressants, Corso plus que Snyder, Ferlinghetti plus que Whalen), le premier mouvement véritablement contemporain de la poésie américaine est celui des Black Mountain. C'est le nom d'un collège expérimental du sud des États-Unis qui fut longtemps dirigé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_89956

Pour citer l’article

Jacques DARRAS, « DUNCAN ROBERT - (1919-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-duncan/