NIN ANAÏS (1903-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Neuilly-sur-Seine, Anaïs Nin, pendant toute son enfance, suit son père, le fameux pianiste et compositeur Joaquín Nin, dans ses tournées à travers le monde. Très jeune, elle est ainsi plongée dans l'univers artistique cosmopolite qui sera le sien toute sa vie. Il n'y a pas un écrivain, pas un artiste des deux côtés de l'Atlantique qu'elle n'ait fréquenté et sur lequel elle n'ait porté son jugement acéré. Elle était aussi très liée avec les psychanalystes Otto Rank et René Allendy. Après un essai sur Lawrence, D. H. Lawrence, an Unprofessional Study, dont elle et ses amis subissent alors l'influence, Anaïs Nin préface, en 1934, la première édition du Tropique du Cancer de Henry Miller, qui fut son ami. Elle publie un poème en prose, La Maison de l'inceste (House of Incest, 1936), plusieurs romans, Un hiver d'artifice (Winter of Artifice, 1939), Les Miroirs dans le jardin (Ladders to Fire, 1946), Les Enfants de l'albatros (Children of the Albatross, 1947), Une espionne dans la maison de l'amour (A Spy in the House of Love, 1954), Le Roman du futur (Novel of the Future, 1969), etc. Mais c'est surtout son Journal, dont la publication commence en 1966, qui constitue son œuvre essentielle. Œuvre monumentale, non seulement par sa qualité, mais aussi par son volume, ce journal compte plus de quinze mille pages, impossibles à publier dans leur ensemble, notamment parce qu'elles touchent de trop près à la vie privée de nombreux contemporains : seuls des extraits ont été publiés. Il n'est pas seulement une révélation sur la vie des « vagabonds de l'esprit » qui hantaient les deux rives de l'Atlantique pendant l'entre-deux-guerres. Comme Henry Miller, mais dans des teintes plus douces, plus nuancées, plus lyriques aussi, c'est à une recherche angoissée de son identité que se livre Anaïs Nin.

Son œuvre romanesque est largement autobiographique, et se démarque à peine de son Journal. « Mon discours dans mon journal est naturel, écrit-elle, ce que je produis ailleurs est un condensé, le mythe, le poème. » Chacun de ses romans est centré, comme le journal, sur un personnage féminin en quête de son identité.

—  Marc BLOCH

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NIN ANAÏS (1903-1977)  » est également traité dans :

MILLER HENRY (1891-1980)

  • Écrit par 
  • Gérald ROBITAILLE
  •  • 1 941 mots

Dans le chapitre « De l'interdit à la notoriété »  : […] En 1934, grâce à la contribution d' Anaïs Nin, Tropique du Cancer est publié à Paris, l'année de son divorce avec June-Mona. Il a quarante-trois ans. Il avait d'abord fait un voyage avec elle, parcouru toute l'Europe, mais lors de son deuxième séjour à Paris, elle ne vint pas le rejoindre. Il passe presque dix ans à Paris, années bien difficiles. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-miller/#i_9647

Pour citer l’article

Marc BLOCH, « NIN ANAÏS - (1903-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anais-nin/