BROWNING ROBERT (1812-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La poésie retrouvée

Son optimisme, qui ne se dément jamais, est moins le terme d'une méditation qu'une réaction instinctive devant la réalité. C'est dire que la poésie de Browning n'est pas le véhicule de sa philosophie, mais que sa philosophie s'enracine dans sa poésie, dans l'amour et l'intérêt passionnés que lui inspire l'existence.

Cet enthousiasme explique en grande partie l'obscurité d'un discours précipité où abondent les ellipses et les hardiesses, et qu'on retrouve dans sa prose la plus spontanée, celle de ses lettres. Le « style grotesque », qui va parfois jusqu'à l'argotique et use d'images familières ou de symboles cocasses, peut exprimer des émotions sublimes ou des pensées sérieuses et débouche sur la poésie. Son « staccato » est on ne peut plus éloigné de la versification régulière d'un Tennyson ou d'un Swinburne.

Browning s'affirme surtout comme un prodigieux inventeur de formes. L'Anneau et le Livre est l'ouvrage d'un virtuose qui enchaîne les variations comme autant d'exercices de style. Pour chaque poème, il invente un mètre nouveau. Enfin, avec la poésie dramatique lyrique (Dramatic Lyrics, 1842) et le monologue souple, libéré de toute allure conventionnelle et merveilleux instrument d'exploration psychologique, il ouvre la voie à la littérature la plus moderne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification

Autres références

«  BROWNING ROBERT (1812-1889)  » est également traité dans :

HOMMES ET FEMMES, Robert Browning - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yann THOLONIAT
  •  • 915 mots

Recueil majeur de la poésie anglaise du xixe siècle, Hommes et femmes marque l'apogée de la carrière de Robert Browning. Ce recueil paraît en 1855, alors qu'il vit depuis neuf ans en Italie, à Florence, avec sa femme la poétesse Elizabeth Barrett. Après les […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 874 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Poésie »  : […] La poésie, dans la littérature victorienne, a autant de densité et de variété que la prose. Matthew Arnold reprend à son compte la formule de Carlyle : « Ferme ton Byron et ouvre ton Goethe », mais il oublie ses attaques contre l'ignorance des romantiques et, comme tous ses contemporains, puise chez eux la sève nourricière de ses œuvres les meilleures ; il vénère Wordsworth, comme Browning Shelle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRUNEL, « BROWNING ROBERT - (1812-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-browning/