IRAN RÉVOLUTION CONSTITUTIONNELLE EN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pénétration des idées occidentales et le besoin de modernisation ont été relativement plus tardifs en Iran que dans la plupart des autres pays musulmans. Cela tient en partie à la coupure idéologique créée à l'époque séfévide (1501-1722) par la promulgation comme religion d'État du shī'isme imāmite (de nature ésotérique et « imāmo-centrique », il ne peut que tolérer le pouvoir temporel) et aussi en partie à l'isolement de l'Iran des grands courants économiques après la régression du xviiie siècle. Il y eut néanmoins des tendances modernistes d'influence occidentale présentant généralement l'islam comme une réforme politique et sociale compatible avec la science et le rationalisme modernes. Comme dans d'autres pays musulmans, la modernisation sur le modèle européen concerna d'abord l'armée ; elle fut l'œuvre du prince qādjār ‘Abbās Mirzā (1788-1833). Puis les idées nouvelles furent transmises par des Iraniens ayant étudié en Europe et, en dépit de l'opposition des milieux « conservateurs » (dont les uléma), certains hommes politiques tels que les vizirs Amir Kabir (1848-1851) ou Sepahsālār (1871-1873) s'efforcèrent d'introduire des réformes. Les changements constitutionnels intervenus au xixe siècle dans d'autres pays d'Orient influencèrent aussi l'élite intellectuelle en Iran. Les réformes nécessaires pour moderniser l'État et les critiques à l'égard de l'autocratie qādjār furent formulées par de nombreux penseurs tels que Ākhund-zādè, Madjdolmolk, Mirzā Hoseyn Khān « Sepahsālār », Mostashāroddowlè, Tāleboff et surtout Mirzā Malkom Khān et Djamāloddin Asadābādi « al-Afghāni ».

Tout en contribuant à la diffusion de l'occidentalisation, la politique d'octroi de concessions inaugurée dans les années 1870 livre l'économie iranienne aux étrangers (surtout Britanniques et Russes) et engendre le ressentiment populaire. L'opposition à cette manifestation la plus visible de la vénalité et de l'incapacité du pouvoir qādjār s'exprime très largement pour la première fois dans la révolte contre la concession du monopole des tabacs iraniens à une firme britannique (1891-1892). Conduite par les uléma, derrière lesquels se rangent les commerçants des bāzār, cette action aboutit au rejet de la concession et au paiement d'un lourd dédit. En quête de subsides, l'Iran se tourne vers la Russie qui hypothèque de plus en plus lourdement son économie. Cette situation s'aggrave après l'assassinat de Nāseroddin Shāh par un disciple de al-Afghāni (1896).

Pour financer ses voyages en Europe, son successeur, Mozaffaroddin Shāh (1896-1907), exaspère l'opposition en faisant des emprunts aux Russes ; ceux-ci exigent d'être payés directement sur les revenus des douanes. La réorganisation des services des douanes et d'autres secteurs importants de l'administration est alors confiée à des fonctionnaires belges en qui les opposants ne tarderont pas à voir des agents de la Russie. Cette politique pro-russe entraîne l'hostilité des marchands et des uléma contre le vizir Aminossoltān (déjà vizir sous Nāseroddin Shāh) et sa destitution en 1903. À une période d'agitation fait suite la nomination du vizir réactionnaire Eynoddowlè ainsi que celle du Belge Naus à des fonctions multiples (1904). Alors que les provinces continuent à s'agiter, à Téhéran l'alliance marchands-uléma contre l'influence belgo-russe menace de plus en plus le pouvoir (1905). Fuyant la répression, les révoltés se réfugient dans divers sanctuaires (mosquées, consulats, légations, etc. ; c'est la tactique du bast qui a souvent surpris les observateurs européens). Après s'être vu refuser la constitution d'une « maison de justice » (‘adālat-khānè), ils obtiennent la promesse de la réunion d'une assemblée (madjles). Après une année de troubles, Mozaffaroddin Shāh doit réunir une Assemblée nationale (Madjles-e Melli) en octobre 1906.

Manifestée dès les années 1905-1906, la tyrannie de son successeur Mohammad ‘Ali Shāh (1907-1909) plonge l'Iran dans le chaos. Alors qu'il ne cesse de violer ses engagements vis-à-vis de la Constitution promulguée par l'Assemblée et de réprimer le désordre, Britanniques et Russes partagent l'Iran en zones d'influence (convention anglo-russe de 1907). Après l'assassinat de Aminossoltān qui était revenu au gouvernement (août 1907), le shāh tente un coup d'État contre l'Assemblée (déc. 1907). Le second coup d'État (bombardement et incendie du Madjles, juin 1908) entraîne le soulèvement de Tabriz ; pendant un an les Azerbaïdjanais tiennent le shāh en échec. Enfin, la marche combinée sur Téhéran de forces nationalistes venues du Gilān et d'Ispahan (les Bakhtyāri) forcent Mohammad ‘Ali à l'abdication en juillet 1909, un an après la victoire des Jeunes-Turcs d'Istanbul. Sous la « monarchie tempérée » de Ahmad Shāh (1909-1925), alors que l'Iran est de plus en plus l'enjeu des grandes puissances, Mohammad ‘Ali réfugié en Russie tentera vainement de reprendre son trône (1911).

On a pu retenir du mouvement constitutionnel iranien qu'il ne tendait pas à réformer la société globale et qu'il n'aboutit qu'à un nouveau compromis entre les trois catégories dominantes de la société : commerçants, aristocratie, « clergé ». Les véritables révolutionnaires ne sont que des minorités (anarchistes ayant partie liée avec les révolutionnaires russes ; fils de grandes familles animés par la presse d'opposition, par les sociétés secrètes ; certains soufis). Le fait qui a le plus étonné les observateurs étrangers reste la participation active de bon nombre d'uléma (dont certains réfugiés dans les lieux saints shī'ites de l'Irak) à ce mouvement dans lequel ils auraient pu perdre jusqu'à leur identité s'il avait abouti à une transformation radicale de la société iranienne. Un des plus remarquables théoriciens du constitutionnalisme en Iran, Mirzā Mohammad Hoseyn Nā'ini (1860-1936), est d'ailleurs l'un de ces uléma.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  IRAN RÉVOLUTION CONSTITUTIONNELLE EN  » est également traité dans :

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le clergé traditionnel et le modernisme inspiré par l'Occident »  : […] La profonde influence de Jamāloddīn et d'autres réformateurs plus ou moins marqués par l'idéal « séculariste » importé d'Occident était une menace pour les ulémas shī‘ites traditionnels. Tantôt par opportunisme, tantôt par conviction, ou bien entraînés par les soulèvements populaires, certains des plus importants mojtahed de cette période, tel Mīrzā Ḥasan Shīrāzī (en ‘Irāq), ont joué cependant un […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  La monarchie iranienne »  : […] La situation géographique de l'Iran entre le Proche-Orient et l'Inde d'une part, entre l'océan Indien et la Russie d'autre part a valu à ce pays, à partir de la fin du xviii e  siècle – qui voit l'avènement de la dynastie des Qadjar (1794-1925) et l'établissement de la capitale à Téhéran – d'être l'un des théâtres de la rivalité anglo-russe ; les Russes souhaitaient, à travers l'Iran, atteindre l […] Lire la suite

MALKOM KHĀN (1833-1908)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 573 mots

Contemporain de Djamāloddin Asadābādi « al-Afghāni », Mirzā Malkom Khān Nāzemoddowlè jouit d'une très grande réputation en Iran comme théoricien et inspirateur du mouvement constitutionnel. Né dans une famille arménienne de Djolfā (Ispahan), il est envoyé très tôt étudier à Paris (1843-1851) par son père Mirzā Ya'qub, converti à l'islam. Bien que professant aussi l'islam, Malkom Khān conservera to […] Lire la suite

QĀDJĀR LES (1794-1925)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 306 mots

C'est avec cette dernière grande dynastie turkmène que l'Iran entre dans le monde moderne et dans le jeu des intérêts stratégiques et économiques des grandes puissances. Ayant pénétré très tôt en Perse (probablement dès l'époque mongole), comme d'autres tribus turkmènes, les Qādjār s'étaient établis en Asie Mineure. Ils firent partie du groupe des Qizilbash qui portèrent les Séfévides au pouvoir. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « IRAN RÉVOLUTION CONSTITUTIONNELLE EN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-constitutionnelle-en-iran/