RESTIF DE LA BRETONNE (1734-1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le libertin visionnaire

Ces aspects essentiels de Restif : l'écrivain paysan, le réformateur acharné et souvent moralisateur sont pourtant ceux qu'on a le plus délibérément ignorés dans son œuvre. Contemporains et critiques postérieurs – à l'exception de quelques inspirés comme Nerval et Valéry – ont surtout dénoncé en lui le « dépravé », le névropathe, celui qui a déployé « une énergie effrayante en plusieurs tableaux de corruption et de crime ». C'est que Restif a mis un acharnement tout aussi grand à se décrire qu'à réformer la société. Tous ses livres racontent la même histoire, qui est celle de sa vie. Et il a mis dans ces ouvrages un point d'honneur à ne cacher aucun détail de ses rêves – ou de ses obsessions. Son fétichisme sexuel (l'amour immodéré des petits pieds), ses tendances incestueuses (il croyait voir en chaque jeune maîtresse l'une de ses filles naturelles), ses amours quadragénaires et sans doute quinquagénaires, ses démêlés conjugaux qu'il nous livre tout crus en font un de ces auteurs qu'on eût appelés autrefois libertins. À mi-chemin de Sade et de Rousseau, il a ouvert dans le domaine de l'autobiographie « sauvage » une voie qui fera tôt ou tard le bonheur des psychanalystes. Mais il est aussi auteur d'anticipation lorsqu'il publie dans La Découverte australe (1781) les aventures d'un homme volant, lorsqu'il pressent l'existence des microbes et le rôle de la sélection naturelle dans l'évolution des espèces animales, lorsqu'il affirme dans sa Physique (qui fait suite à Monsieur Nicolas), l'existence de planètes transuraniennes et qu'il écrit ces phrases, prophétiques en leur temps : « La vie n'est ni un bien ni un mal : c'est une modification absolument indifférente » et « Les végétaux, les animaux et l'homme ne sont peut-être qu'une maladie sur la peau des planètes ».

Déiste athée, libre penseur moraliste, paysan citadin, obsédé par le sexe et par la vertu, il résume bien des contradictions de son époque en même temps que bien de ses envolées prémonitoires. Mais il eut sur tous ses contemporains un avant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RESTIF DE LA BRETONNE (1734-1806)  » est également traité dans :

GRAFFITI

  • Écrit par 
  • Glen D. CURRY, 
  • Scott H. DECKER, 
  • William P. MCLEAN
  • , Universalis
  •  • 5 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Allusions littéraires »  : […] Si les graffiti des civilisations antiques ont fait l'objet d'études savantes, on trouve aussi de nombreuses références aux graffiti modernes dans la littérature française. Balzac en parle avec aversion dans son roman Ferragus (« dans un temps où la rue Pagevin n'avait pas un mur qui ne répétât un mot infâme »). Regnard nous renseigne, dans son Voyage en Laponie , sur la motivation des auteurs de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graffiti/#i_14400

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LACARRIÈRE, « RESTIF DE LA BRETONNE (1734-1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/restif-de-la-bretonne/