RÉSOLUTION, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle « résolution » le point d'aboutissement obligatoire d'une tension mélodique ou harmonique.

Le contrepoint médiéval puis celui de la Renaissance se sont progressivement enrichis, complexifiés, donnant naissance à un riche univers rythmique. Dès le xiiie et le xive siècle, la caractérisation des fins de phrase et des petites respirations conduit les musiciens à pratiquer les premières cadences d'intervalles. Une cadence, dans la pensée polyphonique médiévale, est une résolution sur une consonance parfaite (unisson, octave ou quinte) par mouvement contraire, une voix procédant par ton, l'autre voix par demi-ton (l'accord -si se résout sur do-do, l'accord -fa dièse sur do-sol). C'est en combinant les cadences à deux voix que les compositeurs expérimentent les premières cadences à trois voix. Cette évolution mène aux deux cadences anciennes les plus fréquentes : la cadence à double sensible, dite cadence de Machaut (l'accord -fa dièse-si se résout sur do-sol-do), et la cadence phrygienne (l'accord fa-la- devient mi-si-mi). Il s'agit en fait de deux formes différentes pour un même type d'enchaînement, que l'on peut nommer cadence à double résolution. La cadence de Landini, du nom du compositeur qui l'a pour la première fois utilisée, à la fin du xive siècle, très proche de la cadence de Machaut, adopte le schéma suivant : dans l'accord -fa dièse-si, le si va vers le la seul avant que l'accord ne se résolve sur do-sol-do ; c'est cette cadence à double sensible qui donnera naissance, au xvie siècle, à la cadence parfaite lorsque la tierce s'imposera dans l'accord de résolution (l'accord sol--sol-si se résout en do-mi-sol-do, le mi étant la tierce). On doit la naissance de la cadence parfaite, sous la forme d'une succession de tierces, au compositeur et théoricien Gioseffo Zarlino (1517-1590).

Au xvie siècle, les musiciens découvrent que certaines dissonances de septième ou de neuvième judicieusement placées relèvent considérablement l'intérêt du discours musical grâce à la tension, obligatoirement suivie d'u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  RÉSOLUTION, musique  » est également traité dans :

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 426 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La résonance « naturelle » et l'intégration des « dissonances » »  : […] Pour demeurer dans le domaine de la théorie harmonique pure, on doit maintenant pousser plus avant l'étude du phénomène de la résonance, qui demeure, jusque dans les premières années du xx e  siècle, la base de toute l'évolution du langage musical. Tous les éléments d'un accord sont, ainsi que l'a démontré Jean-Philippe Rameau (1683-1764) , organiquement liés les uns aux autres, parce qu'« engendr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harmonie/#i_17554

TONAL SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 5 259 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Description du système tonal »  : […] Les douze sons de la gamme tempérée étant ceux qu'on rencontre sur le clavier d'un piano en actionnant tour à tour les diverses touches, noires ou blanches, dans l'ordre où elles se présentent, le système tonal en retient sept ; mais ce ne sont pas toujours les sept mêmes notes. La combinaison la plus simple est celle que fournissent les touches blanches du clavier, les touches noires étant exclue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-tonal/#i_17554

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « RÉSOLUTION, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/resolution-musique/